De la guerre des hebdos à la chasse aux blogueurs du Huffington Post Québec, voici la deuxième et dernière partie de notre rétrospective chronologique des évènements marquants de 2011 dans le milieu journalistique québécois.

De la guerre des hebdos à la chasse aux blogueurs du Huffington Post Québec, voici la deuxième et dernière partie de notre rétrospective chronologique des évènements marquants de 2011 dans le milieu journalistique québécois.

Août

La guerre se corse sur le marché des hebdomadaires locaux. Après que Quebecor ait acquis les 15 publications des Hebdos Montérégiens en février, en août, Transcontinental acquiert le Groupe Le Canada Français, éditeur de 11 journaux locaux dans les régions de Saint-Jean-sur-Richelieu et de Granby, ainsi que l'entreprise Avantage Consommateurs, propriétaire de trois publications dans l'Est du Québec. Quebecor réplique en lançant fin août deux nouveaux hebdomadaires en Mauricie, L'Écho de Trois-Rivières et L'Écho de Shawinigan. Le groupe Péladeau en lancera un autre en Montérégie, en octobre. Cette offensive mènera les éditeurs indépendants à se regrouper à la fin de l'année pour protester contre ce qu'ils qualifient de «guerre des prix déloyale» sur le marché publicitaire, une guerre qui tue la concurrence et la diversité de l'information.

Septembre

De passage à Montréal, Arianna Huffington annonce l'ouverture prochaine d'un Huffington Post Québec. Acquise par AOL en février pour 315 millions de dollars américains, sa populaire entreprise fait des petits partout dans le monde. Après la Grande-Bretagne et le Canada, elle prépare son nid en France, au Brésil et en Espagne. La plateforme québécoise sera lancée en janvier 2012.

Ébullition dans le milieu sportif québécois: Cogeco diffusion ferme CKAC Sports. La station presque centenaire devient Radio Circulation 730 grâce au soutien financier du Ministère des Transports du Québec, tandis que la programmation sportive est partiellement transférée au 98,5 FM. À la télévision, Quebecor lance TVA Sports. La chaîne n'ayant cependant pas les droits de diffusion des matchs des Canadiens de Montréal, elle peine à faire sa place. En attendant l'éventuel retour des Nordiques de Québec, que son grand patron Pierre Karl Péladeau et le maire de Québec appellent de leurs vœux, la chaîne diffuse les matchs des Sénateurs d'Ottawa, en plus de faire beaucoup de place à d'autres sports, dont le baseball et le soccer.

Octobre

Rien ne va plus entre Quebecor et Radio-Canada alors que les patrons des deux sociétés se font face en comité parlementaire à Ottawa. Les élus se penchent sur le respect de la Loi sur l'accès à l'information par le diffuseur public. Quebecor accuse CBC/Radio-Canada de ne pas répondre aux demandes d'accès à l'information concernant ses dépenses, des données qu'il juge d'intérêt public. Mais pour le porte-parole néodémocrate pour le Conseil du Trésor, Alexandre Boulerice, ce n'est pas une question d'accès à l'information ou de transparence, mais «une question de gros sous et de marché».

Cette guerre commerciale a raison du directeur des émissions d'affaires publiques de la télévision de Radio-Canada. Pierre Sormany quitte son poste après que le chroniqueur politique du Groupe TVA et de Cogeco, Jean Lapierre, ait déposé une poursuit en diffamation contre lui pour des propos tenus à son sujet sur Facebook. Après que Jacques Duchesneau, ex-patron de l'Unité anticollusion ait accusé des journalistes de servir les intérêts de corrompus, Pierre Sormany a pointé l'ancien ministre fédéral sur le mur d'une collègue: «Jean Lapierre, ancien politicien et animateur-choc de TVA et LCN, mais qui offre aussi ses services-conseils en relations publiques et qui a parmi ses clients nul autre que son "ami" l'entrepreneur Antonio Accurso». Cette affaire pousse les journalistes à questionner leurs pratiques sur les réseaux sociaux.

Novembre

La guerre entre Quebecor et Radio-Canada se poursuit alors que l'émission Enquête diffuse un reportage sur l'empire. Le reportage se penche notamment sur l'indépendance des salles de rédaction du groupe et son influence politique.

La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine St-Pierre tient une consultation publique sur l'avenir de l'information pour débattre de certaines des recommandations du Rapport Payette, dont la création d'un titre de journaliste professionnel. De passage à Montréal en novembre, cette tournée d'audiences braque les projecteurs sur un milieu journalistique divisé, car incapable de s'entendre sur les modalités de gestion d'un statut professionnel. Ce débat monopolisera également les discussions de corridors lors du traditionnel congrès annuel de la FPJQ à la fin du mois.

Décembre

Le rédacteur en chef de Canoë, Patrick White, passe au Huffington Post Québec. En préparation de son lancement en janvier, l'entreprise entreprend une vaste chasse aux blogueurs. ProjetJ révèle que plusieurs personnalités connues de gauche mordent à l'hameçon acceptant de bloguer gratuitement pour le géant américain, ce qui crée un véritable tollé. L'hebdomadaire culturel Voir lance une attaque en règle contre le modèle d'affaires de l'entreprise. La controverse fait reculer les deux cochefs de Québec Solidaire, Amir Khadir et Françoise David. Le lancement du HuffPost sera inévitablement le sujet chaud du début d'année 2012. 

 

Voir aussi la première partie de notre rétrospective 2011.

 

[node:ad]