Le Projet Journalisme Canadien  (PJC) – mieux connu via ses plateformes J-Source et ProjetJ – amorce une phase de transition qui débouchera sur un nouveau modèle de financement et de nouvelles structures éditoriales d’ici la fin de 2013. Dans ce contexte, nous cherchons de nouveaux partenaires.

Le Projet Journalisme Canadien  (PJC) – mieux connu via ses plateformes J-Source et ProjetJ – amorce une phase de transition qui débouchera sur un nouveau modèle de financement et de nouvelles structures éditoriales d’ici la fin de 2013. Dans ce contexte, nous cherchons de nouveaux partenaires.

En octobre, la Fondation pour le journalisme canadien a annoncé  (FJC) qu'elle cesserait d'être le principal bâilleur de fonds du PJC à la fin de 2013. Le président, Bob Lewis, assure toutefois que la fondation continuera de soutenir J-Source et ProjetJ tout au long de la transition.

Depuis octobre, une équipe de transition présidée par John Honderich et François Taschereau, et composée d'un certain nombre de chefs d'établissement d’enseignement en journalisme, a identifié un modèle pour 2014 et au-delà. L'équipe invite maintenant les écoles de journalisme et les autres organisations qui souhaiteraient apporter des ressources financières ou autres à se manifester.

La croissance et de la stabilité du projet seront assurées grâce à une combinaison de quatre éléments: (1) des engagements philanthropiques pluriannuels, (2) le soutien financier du gouvernement, (3) la publicité, et (4) l'intégration de J-Source et de ProjetJ dans les écoles de journalisme.

"Nous croyons que nous aboutirons ainsi à un projet plus dynamique et plus riche, dont le succès ne dépendra plus d'une seule organisation", déclare l’équipe. "Le succès optimale reposera sur l’appui de divers partenaires aux engagements clairement définis."

[node:ad]

L'équipe de transition est à la recherche de:
•       Éditeur: Un membre du corps professoral à temps plein d'une école de journalisme, où les bureaux de ProjetJ et J-Source seront logés. Un administrateur sera également engagé dans un rôle à temps partiel en tant que membre du personnel administratif.
•       Centres de rédaction: le centre éditorial de J-Source sera basé dans une école de journalisme anglophone, à Toronto, et celui de ProjetJ dans école francophone, à Montréal.
         o   Salles de rédactions étudiantes, où les journalistes étudiants couvrirons le journalisme canadien et les médias dans un cadre pédagogique.
         o   Maintien de salariés à temps plein (rédacteur en chef associé de J-Source et rédacteur en chef de ProjetJ) qui travailleront dans, ou en parallèle, de rédactions étudiantes.
        o   Le poste de rédacteur en chef continuera d’être assumé par un journaliste expérimenté.
•       Bureaux: En plus des deux salles de rédaction, les écoles de journalisme abriteront des bureaux à travers le pays financés par le gouvernement ou les universités hôtes, et dirigés par un étudiant en formule travail-étude. Les chefs de bureau seront nommés et supervisé par un conseiller de la faculté, dont le travail sera considéré comme une contribution en nature de l’école d’accueil au PJC.
•       Technologies de l'information: un partenaire TI est recherché pour le Web, les médias sociaux et la fourniture de matériel.
•       Principaux partenaires financiers: un ou plusieurs bâilleurs de fonds.
•       Reconnaissance envers les partenaires: toute contribution (y compris, mais sans s'y limiter, celle des élèves et des professeurs, des installations de TI, etc.) sera reconnue sur le site.

En plus de Ms Honderich et Taschereau, l'équipe de transition se compose de Colette Brin, Kelly Toughill, Ivor Shapiro et Chris Waddell.

Les fonds nécessaires pour la transition vers le succès n'ont pas encore été chiffrés. M.Shapiro souligne qu'un plan d'affaires est encore en développement.

La FJC a été le principal bâilleur de fonds du projet depuis sa création en 2007. Elle a fourni près de 600 000 $ à J-Source et ProjetJ depuis leur lancement.

Chaque site dispose actuellement d'un salarié à temps plein dans le rôle de rédacteur en chef adjoint/rédactrice en chef et d’un certain nombre de collaborateurs bénévoles qui fournissent du contenu éditorial et du soutien, en plus de leurs emplois à temps plein dans les écoles de journalisme et les salles de rédaction à travers le pays. L'équipe de transition espère que le rôle de ces éditeurs restera inchangé. Chacun des deux sites maintiendra son comité de rédaction propre.

Les personnes et organisations intéressées à contribuer à ce nouveau partenariat sont invitées à manifester leur intérêt d’ici le 31 janvier 2013. Plus de détails peuvent être trouvés dans le document de transition (en anglais).