L’Association des journalistes
indépendants du Québec (AJIQ) a publié hier un avis public pour
demander aux pigistes de se manifester dans le cadre du recours
collectif qu’elle intente contre trois éditeurs: Communications Voir
inc., Médias Transcontinental S.E.N.C., et Éditions Rogers Limitée.

L’Association des journalistes
indépendants du Québec (AJIQ) a publié hier un avis public pour
demander aux pigistes de se manifester dans le cadre du recours
collectif qu’elle intente contre trois éditeurs: Communications Voir
inc., Médias Transcontinental S.E.N.C., et Éditions Rogers Limitée.

Plus particulièrement, ce recours vise
Voir, PME,
Les Affaires,
Commerce, Affaires
plus
, et L’actualité,
tous édités
par l’un des trois éditeurs mis en cause.
Il vise à réclamer les droits d’auteurs des pigistes qui ont
travaillé pour ces publications et vu leurs textes vendus, sans leur
autorisation, à CEDROM-SNi. Une entreprise qui, elle-même,
reproduit et vend les textes sous support électronique sur son
cédérom Actualité Québec
et dans une base de données accessible sur le site Eureka.

La publication de cet avis public
survient après plus d’une décennie de démarches judiciaires. C’est
en effet en juin 1999 que l’AJIQ a demandé à la Cour supérieure du
Québec l’autorisation d’intenter un recours collectif pour
non-respect des droits d’auteur des journalistes pigistes. Cette
autorisation n’a été obtenue qu’en avril dernier après que le
regroupement ait rempli toutes les conditions pour exercer le recours
au nom des pigistes lésés.

Au départ, la demande de recours
collectif visait plus d’une dizaine de journaux et magazines, ainsi
que CEDROM-SNi. Depuis, l’association a cependant signé des ententes
hors cour avec Gesca, Le Devoir et Cedrom-SNI.

[node:ad]