par Steve Proulx

Les journalistes doivent toutes et tous cultiver leurs sources : savoir où trouver l’information juste, quels experts solliciter, trouver des sources crédibles et diversifiées… Et on juge souvent du professionnalisme d’un ou d’une journaliste à l’épaisseur de son carnet d’adresses, à la richesse de son réseau de contacts.

Or, nous sommes dans le siècle des données, et on ne peut plus aujourd’hui faire abstraction de cette source d’information devenue incontournable pour expliquer mille et un enjeux de notre monde hyperconnecté : les mégadonnées.

Données ouvertes, données privées; les vastes bases de données auxquelles nous avons accès désormais peuvent nous permettre d’expliquer notre monde d’une toute nouvelle façon.

Aussi, le journalisme de données a pris son envol depuis une dizaine d’années, notamment grâce à la numérisation massive de l’activité humaine, à la démocratisation des outils qui nous permettent d’exploiter ces mégadonnées et en raison d’un mouvement mondial des données ouvertes (open data).
Pour tracer les contours de cette spécialité qu’est le journalisme de données, on discute avec Naël Shiab, qui le pratique depuis 2015 dans divers médias, et depuis 2018 au sein de CBC/Radio-Canada.