Denise Gaudreault, Université Laval

On parle de plus en plus de journalisme citoyen. On ne compte plus les blogues, qui envahissent la toile à
une vitesse effarante. Peu à peu, l’anarchie qui prévalait en cette matière
tend à s’organiser. Dans ce contexte, Paul Cauchon du Devoir attire notre attention sur une expérience tout à fait
novatrice du quotidien britannique The
Guardian.

Denise Gaudreault, Université Laval

On parle de plus en plus de
journalisme citoyen. On ne compte plus les blogues, qui envahissent la toile à
une vitesse effarante. Peu à peu, l’anarchie qui prévalait en cette matière
tend à s’organiser. Dans ce contexte, Paul Cauchon du Devoir attire notre attention sur une expérience tout à fait
novatrice du quotidien britannique The Guardian.

Sur son site, le réputé
journal de Londres offre un contrat ferme d’un an, rémunéré, à des
« beatbloggers », c’est-à-dire des blogueurs qui seraient chargés de
produire le « contenu multimédia local » – textes,
photographies, audio et vidéo – destiné à couvrir l’actualité dans
trois villes anglaises. Fait pour le moins inusité, l’employeur n’exige aucune
expérience journalistique des candidats!

Assiste-t-on à l’émergence d’une nouvelle forme de sous-traitance de l’information ou simplement à la naissance d’une nouvelle pratique journalistique? En tout état de cause, il est clair que nous naviguons dans la zone que traverse « cette frontière floue où journalistes professionnels et citoyens férus de participation échangent leurs rôles ».

[node:ad]