FPJQ |

Le Conseil de presse du Québec vient de blâmer le réseau TVA pour avoir effectué son autopromotion à l’intérieur du bulletin de nouvelles et pour avoir placé des journalistes de l’émission J.E. en situation de conflit d’intérêts.

TVA a diffusé dans son TVA 22 heures une nouvelle sur les 15 ans de J.E. Pendant la nouvelle, un bandeau défilait annonçant l’émission du lendemain et une présentation du site de l’émission a clos le reportage. Pour le Conseil, ces deux gestes sont des activités promotionnelles qui entretiennent la confusion entre l’information et les activités commerciales du réseau. TVA est également blâmée pour avoir fait réaliser le reportage sur J.E. par les artisans de J.E. eux-mêmes, ce qui les a placés en situation de conflit d’intérêts.

Le magazine ELLE Québec pour sa part est blâmé pour ne pas avoir rectifié de manière appropriée l’erreur d’avoir attribué à une personne des propos qu’elle n’a pas tenus et qui lui ont porté préjudice. Le Conseil « a constaté une disproportion entre la gravité de la faute commise et l’importance accordée (par ELLE Québec, ndlr) aux rectificatifs, en y accordant une faible visibilité et une mise en page insuffisante».


FPJQ |

Le Conseil de presse du Québec vient de blâmer le réseau TVA pour avoir effectué son autopromotion à l’intérieur du bulletin de nouvelles et pour avoir placé des journalistes de l’émission J.E. en situation de conflit d’intérêts.

TVA a diffusé dans son TVA 22 heures une nouvelle sur les 15 ans de J.E. Pendant la nouvelle, un bandeau défilait annonçant l’émission du lendemain et une présentation du site de l’émission a clos le reportage. Pour le Conseil, ces deux gestes sont des activités promotionnelles qui entretiennent la confusion entre l’information et les activités commerciales du réseau. TVA est également blâmée pour avoir fait réaliser le reportage sur J.E. par les artisans de J.E. eux-mêmes, ce qui les a placés en situation de conflit d’intérêts.

Le magazine ELLE Québec pour sa part est blâmé pour ne pas avoir rectifié de manière appropriée l’erreur d’avoir attribué à une personne des propos qu’elle n’a pas tenus et qui lui ont porté préjudice. Le Conseil « a constaté une disproportion entre la gravité de la faute commise et l’importance accordée (par ELLE Québec, ndlr) aux rectificatifs, en y accordant une faible visibilité et une mise en page insuffisante».

[node:ad]