Après les 360 postes coupés cet été, Sun Média, filiale de Québecor Média, annonce aujourd’hui une nouvelle vague de départs: 200 personnes vont être ainsi poussées vers la sortie, dont un quart à l’éditorial. Les salles de nouvelles du Québec ne seront cependant pas touchées.

Après les 360 postes coupés cet été, Sun Média, filiale de Québecor Média, annonce aujourd’hui une nouvelle vague de départs: 200 personnes vont être ainsi poussées vers la sortie, dont un quart à l’éditorial. Les salles de nouvelles du Québec ne seront cependant pas touchées.

Par Hélène Roulot-Ganzmann

«Une cinquantaine de journalistes vont être touchés par ces coupures, mais aucun dans les salles de rédaction du Québec, assure Martin Tremblay, Vice-président Affaires publiques de Québecor Média, en entrevue à Projet J. Dans la province, il y aura cependant des départs au siège social, dans les services administratifs et corporatifs.»

Après avoir procédé à 500 mises à pied il y a un peu plus d’un an et à 360 supplémentaires en plein milieu de l’été, entraînant notamment la fermeture de trois hebdomadaires au Québec, le groupe poursuit donc ses «initiatives de restructuration».

«Ça fait partie de notre plan d’optimisation, explique Martin Tremblay. C’est une décision difficile, on n’aime jamais faire ça, mais l’industrie dans laquelle nous évoluons vit une période difficile et il est de notre rôle de veiller au mieux aux intérêts des 3 800 salariés qui resteront à l’emploi après les deux cents départs que nous annonçons ce matin. C’est vers eux que nous nous tournons maintenant.»

Année difficile

[node:ad]

Sun Média a ainsi perdu près de 1 200 employés en moins de deux ans et rien n’indique que l’hémorragie ne soit contrôlée.

«C’est très difficile de dire comment la situation va évoluer et comment le marché va se comporter, indique M. Tremblay. Nous réévaluons constamment le contexte, nous analysons les résultats de la compagnie et en fonction, nous prenons les décisions qui s’imposent avec pour objectifs premiers, la viabilité et la pérennité de l’entreprise.»

Une nouvelle qui vient clore, espérons-le, une année difficile en termes de coupures dans l’industrie, avec celles annoncées au printemps du côté de TVA et de TC Media notamment.

À voir aussi:

90 postes coupés chez TVA

Compressions chez TC Média: une gifle à l'info hyperlocale à Montréal?