Projet J prend une pause pour le temps des Fêtes. En attendant, voici quelques-uns des événements qui ont marqué l’année 2013 dans l’industrie des médias. À lire ou à relire. Et rendez-vous le 13 janvier.

Projet J prend une pause pour le temps des Fêtes. En attendant, voici quelques-uns des événements qui ont marqué l’année 2013 dans l’industrie des médias. À lire ou à relire. Et rendez-vous le 13 janvier.

Par Hélène Roulot-Ganzmann

Le plan iPad devient La Presse+

Après avoir tenu complètement secret ce que toute la profession appelait à l’époque le plan iPad, Guy Crevier, président et éditeur de La Presse, annonce que la version tablette du quotidien de Gesca s’appellera La Presse+ et qu’elle sera en téléchargement gratuit sur la tablette d’Apple dès le 18 avril. Huit mois plus tard, l’application est installée par 320 000 personnes, qui passent quotidiennement trente  minutes dessus en semaine, et entre soixante et soixante-dix minutes les fins de semaine.

La Presse+ sera gratuite

Guy Crevier: «Il n’y a pas une job qui n’a pas changé à La Presse»

Emploi: une année de transition en attendant 2014

Si le lancement de La Presse+ a généré une centaine d’embauches, tous surnuméraires, ailleurs, le tableau de l’emploi n’est pas si rose. Sun Media a notamment procédé à pas moins de cinq cent soixante coupures cette année au canada, tout service confondu, dont une trentaine de journalistes en région au Québec. Le groupe, propriété de Québecor, s’est également séparé de six cents autres employés, en vendant à TC Media ses soixante-quatorze hebdos régionaux. Pendant ce temps-là, syndicats et patronats de plusieurs grands médias tentent de trouver un accord concernant le renouvellement de leur convention collective.

Emploi: bilan 2013 mitigé dans l’industrie

Lac-Mégantic, la Charte des valeurs et la campagne municipale

Plusieurs grands dossiers ont absorbé les journalistes depuis cet été. La tragédie de Lac-Mégantic a été l’occasion de démontrer une nouvelle fois à quel point les artisans, sur le terrain, peuvent se montrer solidaires, au-delà des querelles que se livrent leurs directions. La Charte des valeurs québécoise, devenue depuis Charte de la laïcité, a elle aussi donné aux chroniqueurs l’occasion de débattre et de défendre leur point de vue, ou celui de leur patron, par colonnes interposées. Dans la foulée, Projet J a d’ailleurs publié un dossier sur la place des communautés dans les médias au Québec. Enfin, jamais campagne municipale n’aura occupé autant l’espace médiatique.

Lac-Mégantic: «Il y a une grande solidarité entre les journalistes»

Lac-Mégantic: des liens tissés serrés entre relationnistes et journalistes

Richard Bergeron: «les journalistes ont repris le vocabulaire de M. Coderre pour me qualifier!»

Charte des valeurs: consensus chez Gesca, divergences chez Québecor

Quelle place pour les communautés dans les médias québécois?

[node:ad]

Mobilisation chez les journalistes indépendants

Grosse année du côté de l’Association des journalistes indépendants (AJIQ), qui fête son vingt-cinquième anniversaire. Dès le printemps, les membres se mobilisent sur Twitter pour demander le retrait du nouveau contrat de TC Media, les obligeant notamment à renier leurs droits moraux. Victoire remportée cet automne, quelques jours seulement avant les états-généraux du journalisme indépendant, organisés en grande pompe à l’hôtel Bonaventure de Montréal. L’occasion de parler précarité et surtout négociation collective, grand cheval de bataille de la nouvelle présidente de l’association, Mariève Paradis.

L’AJIQ satisfaite du recul de TC Média

27% des journalistes indépendants envisagent de changer de vie

Journalistes indépendants: enfin la négociation collective?

Intimidation de la part d’Hydro-Québec?

Le mois dernier, Projet J révélait une tentative de bâillonnement de la part d’Hydro-Québec, sur un média régional, en l’occurrence Point de vue Sainte-Agathe, dans les Laurentides. Quelques jours plus tard, deux journalistes racontent les rapports complexes qu’ils entretiennent avec les relationnistes de la société d’État. Mais plus largement, cette tentative d’ingérence met en lumière toutes les pressions, politiques et économiques, avec lesquelles les journalistes en région doivent jongler. Et qui les portent parfois à abdiquer et à choisir l’autocensure.

Intimidation de la part d’Hydro-Québec?

«C’est toujours compliqué avec Hydro-Québec»

Des médias régionaux trop fragiles

Brian Myles quitte la présidence de la FPJQ

Après quatre ans de bons et loyaux services à la tête de l’association la plus représentative du petit monde journalistique québécois, Brian Myles ne se représentera pas. L’occasion pour Projet J de faire le bilan de ses deux mandats et de revenir sur l’un des moments chauds de sa présidence, le cafouillage autour du titre de journaliste professionnel. Sauf surprise de dernière minute, c’est le vice-président actuel de la Fédération, et animateur de La Facture à l’antenne de Radio-Canada, qui devrait lui succéder, dimanche.

Le parcours semé d’embuches du président Myles

Christine Saint-Pierre: «toutes les planètes étaient alignées»

Brian Myles: «Christine Saint-Pierre ne vit pas dans la même galaxie que nous»

Pierre Craig: lutter contre la culture du secret