Laurent Leblond, Lavantage.qc.ca | 

En ce 6 décembre, ça fait 40 ans, jour pour jour, que je pratique ce merveilleux métier de journaliste.

Le
6 décembre 1967, oui, la première édition du « Rimouskois », alors
dirigé par mon oncle, Philippe Leblond, avec Georges Saint-Pierre,
publicitaire (comme on disait à l’époque), et moi-même comme
journaliste, apparaissait sur le marché des médias rimouskois. Elle
avait six pages et annonçait, à la une, les rénovations à

la
Cathédrale. Un an plus tard, l’édition du 4 décembre 1968 comptait… 36
pages. Et l’hebdo n’a pas cessé alors de prendre de l’expansion. Et
moi, d’apprendre, de la rédaction au montage, et d’apprécier mon
métier, que dis-je, ma profession, une vocation, dans un milieu
dynamique et qui a bien accueilli ce nouvel outil d’information.

Laurent Leblond, Lavantage.qc.ca | 

En ce 6 décembre, ça fait 40 ans, jour pour jour, que je pratique ce merveilleux métier de journaliste.

Le
6 décembre 1967, oui, la première édition du « Rimouskois », alors
dirigé par mon oncle, Philippe Leblond, avec Georges Saint-Pierre,
publicitaire (comme on disait à l’époque), et moi-même comme
journaliste, apparaissait sur le marché des médias rimouskois. Elle
avait six pages et annonçait, à la une, les rénovations à

la
Cathédrale. Un an plus tard, l’édition du 4 décembre 1968 comptait… 36
pages. Et l’hebdo n’a pas cessé alors de prendre de l’expansion. Et
moi, d’apprendre, de la rédaction au montage, et d’apprécier mon
métier, que dis-je, ma profession, une vocation, dans un milieu
dynamique et qui a bien accueilli ce nouvel outil d’information.

[node:ad]