Radio France, qui regroupe l’ensemble
des radios publiques françaises, a annoncé aujourd’hui le
rapatriement de la quasi-totalité de ses équipes du Japon suite à
une nouvelle explosion dans le bâtiment du
réacteur N°2 de la centrale de Fukushima. Des équipes d’iTévé, d’Europe1, de BFM TV et de plusieurs réseaux
allemands sont également en voie de quitter le pays.

Radio France, qui regroupe l’ensemble
des radios publiques françaises, a annoncé aujourd’hui le
rapatriement de la quasi-totalité de ses équipes du Japon suite à
une nouvelle explosion dans le bâtiment du
réacteur N°2 de la centrale de Fukushima. Des équipes d’iTélé, d’Europe1, de BFM TV et de plusieurs réseaux
allemands sont également en
voie de quitter le pays.

Un seul reporter de Radio France
demeurera sur place, à Sapporo sur l’île d’Hokkaido, dans le nord
du Japon. Dans les prochaines heures, plusieurs équipes de
journalistes, dont une de France 24, prendront leurs quartiers dans
cette région afin de s’éloigner des lieux les plus exposés aux
radiations.

En revanche, les 4 reporters de l’AFP
demeurent à Tokyo, de même que le
journaliste suisse Georges
Baumgartner
. Pigiste pour de nombreux médias francophones, dont
Radio-Canada, il est également connu sous le pseudonyme de Frédéric
Charles.

CNN maintient également ses 10 envoyés spéciaux sur
place, mais leur a ordonné de s’éloigner de Tokyo pour des raisons
de sécurité. Le
reporter vedette du réseau américain, Anderson Cooper, s’inquiète
en direct: «Je suis inquiet. Est-ce que je devrais quitter cet
endroit?»:

Radio-Canada, qui a également dépêché
des envoyés spéciaux au Japon, a refusé de répondre aux questions
de Projetj sur leurs conditions de travail et l’éventualité
d’un rapatriement. Nos appels à La Presse sont restés sans suite.

Le ministère des Affaires étrangères
canadien n’a jusqu’à présent pas émis d’avis d’évacuation à
l’intention de ses ressortissants. Il recommande
cependant d’éviter tout voyage non essentiel à
Tokyo et ses environs
et rappelle qu’un
ordre d’évacuation est en vigueur pour la zone comprise à
l’intérieur d’un rayon de 20 kilomètres de la centrale
nucléaire de Fukushima.

Les recommandations de Reporters Sans Frontières à la presse couvrant la catastrophe.

[node:ad]