Jean-Paul Mari/Journalime.com |

Il n’y a pas de guerre sans blessures psychiques… Pourtant, le
journaliste doit souvent garder le silence face à un sujet qui dérange
:
Qui veut entendre parler des traumatismes qui touchent le soldat mais
aussi parfois le reporter envoyé en zone de conflit ? Qui veut ne
serait-ce qu’effleurer l’idée de cette horreur “indicible et inaudible”
qui s’installe dans le cerveau ? Dans son livre “Sans blessures
apparentes” (Robert Laffont), Jean-Paul Mari, grand reporter depuis
plus de trente ans,
s’attaque à un sujet aussi tabou que fréquent. “Si on n’affronte pas la
douleur de la guerre, explique-t-il, elle nous tue”…

Jean-Paul Mari/Journalime.com |

Il n’y a pas de guerre sans blessures psychiques… Pourtant, le
journaliste doit souvent garder le silence face à un sujet qui dérange
:
Qui veut entendre parler des traumatismes qui touchent le soldat mais
aussi parfois le reporter envoyé en zone de conflit ? Qui veut ne
serait-ce qu’effleurer l’idée de cette horreur “indicible et inaudible”
qui s’installe dans le cerveau ? Dans son livre “Sans blessures
apparentes” (Robert Laffont), Jean-Paul Mari, grand reporter depuis
plus de trente ans,
s’attaque à un sujet aussi tabou que fréquent. “Si on n’affronte pas la
douleur de la guerre, explique-t-il, elle nous tue”…

[node:ad]