Une semaine après avoir avalé son
café de travers devant un article du Journal de Montréal
dévoilant, contre son gré, son homosexualité, l’animateur Joël
Legendre trônait ce matin en une du même quotidien. Il l’a pourtant
qualifié de torchon au micro de Tout le monde en parle dimanche
soir.

Une semaine après avoir avalé son
café de travers devant un article du Journal de Montréal
dévoilant, contre son gré, son homosexualité, l’animateur Joël
Legendre trônait ce matin en une du même quotidien. Il l’a pourtant
qualifié de torchon au micro de Tout le monde en parle dimanche
soir.

Après avoir dénoncé l’ingérence de
cette publication dans sa vie privée, l’animateur l’en remercie
presque. «Ce fut somme toute une bonne chose. Je me sens encore plus
libre», confie-t-il dans le cadre d’une entrevue promotionnelle pour
la sortie de sa biographie gourmande.

Il fait également une mise au
point: «Il n’y a jamais eu de guerre entre le Journal et moi.
(…) Oui, j’ai eu un choc en lisant cet article. Ça n’a rien à
voir avec le respect que j’ai toujours pour le Journal de Montréal
et la presse en général.»

Un discours bien différent de celui
tenu à Tout le monde en parle dimanche soir. Joël Legendre
affirmait alors «c’est dégueulasse de voir sa vie exposée dans
un journal». Il parlait également avec mépris du journaliste Marc
Pigeon, auteur du texte de la semaine dernière («ce gars-là, je ne
suis pas capable de l’appeler un journaliste»), le menaçant
presque («ne cite pas le prénom de mon enfant dans un torchon comme
celui-là»).

Ce changement de discours radical en a
choqué plus d’un, dont le Fou du roi de Tout le monde en parle,
Dany Turcotte qui s’est montré interloqué sur Twitter. Il a déclaré
«finalement, Joël aura fait 2 coming out, il est gai, mais aussi
extrêmement opportuniste».

Voir aussi:

Affaire Legendre: de l’élasticité de l’intérêt public

[node:ad]