Pour couvrir la famine et la guerre qui touche la Somalie voisine, les journalistes se massent au Kenya dans le plus grand camp de réfugiés au monde, Dadab. Le plus souvent, ils sont hébergés par les ONG qui s'arrachent leur attention. Face à l’explosion du nombre d’organisations non gouvernementales – elles seraient plus de 650 au Kenya seulement, contre 120 en 1978 – la relation entre professionnels de l'information et humanitaires est souvent ubuesque. Illustration du dessinateur Rash Brax pour Youphil.com.

Pour couvrir la famine et la guerre qui touche la Somalie voisine, les journalistes se massent au Kenya dans le plus grand camp de réfugiés au monde, Dadab. Le plus souvent, ils sont hébergés par les ONG qui s'arrachent leur attention. Face à l’explosion du nombre d’organisations non gouvernementales – elles seraient plus de 650 au Kenya seulement, contre 120 en 1978 – la relation entre professionnels de l'information et humanitaires est souvent ubuesque. Illustration du dessinateur Rash Brax pour Youphil.com.

Dans une autre vie, Rash Brax a notamment été travailleur humanitaire. En 2007, il a publié la BD "Chronique du proche étranger en Tchétchénie" avec son compère Tamada. Ses dessins paraissent régulière sur Youphil.com, un média en ligne français dédié à l'actualité sociale et solidaire cofondé par l'ancien directeur du groupe Le Monde, Jean-Marie Colombani.

 

Voir aussi:

Journalistes et ONG: relation-amour haine

[node:ad]