La Presse mettra progressivement le papier aux oubliettes d'ici trois à cinq ans et offrira un iPad à ses abonnés qui signeront un contrat de trois ans. Le président et éditeur du journal, Guy Crevier, a commencé à présenter ce «plan iPad» à ses troupes au cours des derniers jours.

La Presse mettra progressivement le papier aux oubliettes d'ici trois à cinq ans et offrira un iPad à ses abonnés qui signeront un contrat de trois ans. Le président et éditeur du journal, Guy Crevier, a commencé à présenter ce «plan iPad» à ses troupes au cours des derniers jours.

Nouvelles embauches à la pelle

En vue de cette révolution numérique, le quotidien montréalais, propriété du groupe Gesca, investira 25 millions de dollars. Signe que la fourmilière s'active, La Presse a déjà investi plus de 7 millions de dollars dans l'aventure et le secteur numérique a multiplié les embauches depuis quelques mois. Au premier chef, le quotidien s'est doté d'une vice-présidente exécutive, affaires numériques fin août 2010: Sylvie Leduc.

Ancienne vice-présidente du développement des affaires chez Molson Coors, elle a reçu le mandat de superviser la création de l'édition pour tablette électronique de La Presse. En parallèle, elle doit mettre en place un modèle de revenu pour cette plateforme et établir des partenariats commerciaux. Depuis son arrivée, plusieurs autres professionnels des technologies numériques, du multiplateforme et du web mobile se sont vus offrir un poste entre les murs du quotidien de la rue Saint-Jacques.

Une vingtaine de personnes travaillent désormais aux solutions multiplateformes et, depuis janvier seulement, six nouvelles recrues se sont jointes à l'équipe numérique. Parmi elles, on compte notamment une directrice principale, produits numériques, un superviseur du développement mobile, un chef de développement plateformes Android et un développeur web mobile spécialiste des appareils Apple.

The Daily: le modèle?

Généralement peu bavard sur les plans d'avenir de La Presse, Guy Crevier, a néanmoins affirmé lors de l'embauche de Sylvie Leduc que l’édition pour tablettes électroniques occupait «une place prioritaire dans la planification stratégique». Par ailleurs, le vice-président marketing du journal, Jean Durocher, a récemment déclaré surveiller avec intérêt la nouvelle initiative du groupe News Corp. de Rupert Murdoch, qui a lancé un quotidien exclusivement disponible sur iPad, The Daily.

Présenté par Rupert Murdoch comme «le meilleur du journalisme traditionnel, allié au meilleur de la technologie contemporaine», ce quotidien américain a nécessité 30 millions de dollars en coûts de développement. Gratuit jusqu'au 21 mars, il sera ensuite distribué pour 99 cents par semaine. En comparaison, pour recevoir à domicile l'édition papier de La Presse les abonnés déboursent 2,99 dollars par semaine.

Cyberpresse, le portail web du groupe Gesca, est par contre intégralement gratuit et l'entreprise a jusqu'à présent rejeté complètement l'idée d'installer un péage sur son site, contrairement au Devoir qui réserve une partie des articles en ligne à ses abonnés depuis 2001. News Corp. a également mis en place des «paywall» partiels ou complets sur une bonne partie de ses sites d'information, dont celui du Times. Toutefois, la formule ne convient pas à toutes les publications. Les troupes de Rupert Murdoch testent donc plusieurs modèles et The Daily en est un.

Une tablette pour un abonnement

Les abonnés de The Daily ne reçoivent toutefois pas une tablette numérique avec leur abonnement ce qui devrait être le cas de ceux de La Presse d'ici trois à cinq ans, d'après le «plan iPad». Si la chose peut paraître extrêmement coûteuse aujourd'hui, compte tenu du prix de l'iPad (de 419 à 749 dollars), l'arrivée progressive sur le marché d'autres tablettes numériques devrait pousser les prix de ces appareils à la baisse.

C'est d'ailleurs le cas de la liseuse électronique d'Amazon, le Kindle, dont le prix est en chute libre. Alors qu'il coûtait 350 dollars américains il y a deux ans, il n'en vaut plus que 139 aujourd'hui. Cette forte dévalorisation devrait se poursuivre au point que l'appareil sera offert gratuitement aux clients privilèges d'Amazon avant la fin de l'année, prévoit le consultant en technologies numériques américain, John Walkenbach.

Selon ce scénario, le Kindle, comme l'iPad, ne deviendrait qu'un simple produit d'appel pour vendre du papier numérique dans un environnement clos reposant sur des applications.

 

Pour en savoir plus lire l'article du Devoir: Révolution numérique à La Presse

 

Voir aussi:

Prédictions: les journaux seraient morts au Canada en 2020

[node:ad]