Le chroniqueur techno de La Gazette, Robert Rocha, propose une analyse intéressante de l’avenir incertain de la presse quotidienne (eh oui, encore une!). 

Le chroniqueur techno de La Gazette, Robert Rocha, propose une analyse intéressante de l’avenir incertain de la presse quotidienne (eh oui, encore une!).

Impossible de concurrencer les blogues hyperspécialisés. Les journaux devront se faire plus petits, plus ciblés. Certains seront assez bons pour convaincre des lecteurs de payer pour leurs contenus. Mais peu d’entre eux ouvriront leur portefeuille.

Contenus gratuits ou payants? Le débat, qui oppose les « radicaux » des nouveaux médias et les « puristes » du journalisme conventionnel, est plus intense aux ÉU qu’au Canada, où les tirages sont plus stables, grâce notamment à la bonne performance des gratuits.

Rocha – qui s’apprête en passant à quitter son précieux poste de journaliste pour jouer les globe-trotters pendant un an – s’appuie sur les propos de plusieurs « experts » pour avancer quelques tendances générales : la fin du support unique (p.ex. le papier); le développement d’une  « économie des liens »; les regroupements stratégiques, collaborations et forfaits entre médias non rivaux, même appartenant à différents groupes; la réduction et la spécialisation des effectifs rédactionnels; la participation à un écosystème collaboratif d’informateurs; les sources de financement multiples (dont le financement public).

Autre observation quant à l’évolution rapide du métier : on se dirigerait vers un journalisme « de processus » plutôt qu’un produit à échéance fixe, de sorte que la publication d’infos incomplètes deviendrait la norme. Un peu comme si tous les médias faisaient du direct, en somme.

[node:ad]