La disparition éventuelle du Boston Globe concerne le Québec plus directement qu’on pourrait le croire. C’est ce qu’avance Marc-Olivier Bherer, journaliste et blogueur à Courrier international. En effet, la Nouvelle-Angleterre, c’est en quelque sorte la porte d’à côté. Ce quotidien offre une couverture du Québec d’une part avantageuse sur le plan touristique, mais aussi intéressante sur le plan des relations internationales et inter-régionales.

“Peu de gens à Montréal lisent The Boston Globe. Et pourtant si ce quotidien de référence pour la Nouvelle-Angleterre venait à disparaître, l’émulation journalistique régionale en souffrirait et la collecte de l’information deviendrait plus approximative, alors que ces deux tendances sont déjà bien engagées.”

La disparition éventuelle du Boston Globe concerne le Québec plus directement qu’on pourrait le croire. C’est ce qu’avance Marc-Olivier Bherer, journaliste et blogueur à Courrier international. En effet, la Nouvelle-Angleterre, c’est en quelque sorte la porte d’à côté. Ce quotidien offre une couverture du Québec d’une part avantageuse sur le plan touristique, mais aussi intéressante sur le plan des relations internationales et inter-régionales.

“Peu de gens à Montréal lisent The Boston Globe. Et pourtant si ce quotidien de référence pour la Nouvelle-Angleterre venait à disparaître, l’émulation journalistique régionale en souffrirait et la collecte de l’information deviendrait plus approximative, alors que ces deux tendances sont déjà bien engagées.”

[node:ad]