Chaque
vendredi, «le Buzz» revient sur les trois textes qui ont attiré le
plus votre attention en piochant dans nos tweets et nos articles sur
la base de nos statistiques. Cette semaine, les nouvelles concernant
les travaux de l’ombudsman de Radio-Canada, Julie Miville-Dechêne,
vous ont particulièrement intéressé.

Chaque
vendredi, «le Buzz» revient sur les trois textes qui ont attiré le
plus votre attention en piochant dans nos tweets et nos articles sur
la base de nos statistiques. Cette semaine, les nouvelles concernant
les travaux de l’ombudsman de Radio-Canada, Julie Miville-Dechêne,
vous ont particulièrement intéressé.

Vous
avez en effet été nombreux à lire et partager la révision de
l’ombudsman
que nous avons twitté en début de semaine concernant la
diffusion des photos du colonel Russel Williams en sous-vêtements
féminins. Julie Miville-Dechêne y conclu que la répétition trop
fréquentes de séquences troublantes à RDI n’a pas contribué à
mieux informer les téléspectateurs et ne respectait pas les Normes
et pratiques journalistiques de la société publique.

L’ombudsman
a par ailleurs publié cette semaine son rapport annuel que nous
avons étudié avec le concours du professeur d’éthique
Marc-François Bernier de l’Université d’Ottawa. Le rapport note que
de plus en plus de vedettes de l’information versent dans l’opinion
ce qui «risque de nuire à la
réputation d’impartialité de Radio-Canada».

Finalement,
un texte de Owni concernant la production automatisée de textes
journalistiques a suscité beaucoup d’attention. On y lit que «les
premiers articles entièrement rédigés par des « robots »
sont en ligne». Le phénomène existe également au Québec où
Quebecor Media a décidé en juin d’approvisionner le fil sportif de
QMI avec Soho Sports, une plateforme logicielle qui permet de
cueillir, gérer et produire des résultats sportifs.

Mise à jour/correction (22/11/10): Soho produit uniquement des tableaux de statistiques sportives de QMI. Les textes sont pour leur part fournis par l’agence américaine The Sports Network et traduits à Montréal par l’équipe de l’agence de Quebecor.

[node:ad]