Chaque vendredi, «le Buzz» revient
sur les trois textes qui ont attiré le plus votre attention en
piochant dans nos tweets et nos articles sur la base de nos
statistiques. Cette semaine, Tout le monde en parle rafle les
deux premiers rangs de nos statistiques.

Chaque vendredi, «le Buzz» revient
sur les trois textes qui ont attiré le plus votre attention en
piochant dans nos tweets et nos articles sur la base de nos
statistiques. Cette semaine, Tout le monde en parle rafle les
deux premiers rangs de nos statistiques.

Deuxième émission la plus regardée
au Québec, après le Banquier, TLMEP a suscité de l’intérêt chez
nous cette semaine d’abord pour la décision du Conseil de presse la
concernant. Hier, le tribunal d’honneur des journalistes québécois
a déclaré l’animateur Guy A.Lepage journaliste malgré lui en
acceptant de recevoir une plainte relative à l’émission. Pour en
savoir plus: Tout le monde en parle soumis au Conseil de Presse.

Mais ce n’est pas tout. La populaire
émission dominicale a également attiré l’attention des lecteurs du
fil Twitter de ProjetJ qui ont été nombreux à lire un texte de
Jean-François Lisée que nous avons twitté en début de semaine. Le
chroniqueur de l’Actualité y revient sur son passage à Tout le
monde en parle
et particulièrement sur son échange avec la Vice-première ministre, Nathalie Normandeau. Pour en savoir plus:
TLMEP: ce qui s’est vraiment passé avec N. Normandeau

Et puis, parce qu’à l’extérieur de
monde de Guy A.Lepage, il se passe aussi une foule de choses intéressantes,
un texte sur le rôle des éditorialistes se taille une place dans
notre top 3 de la semaine. Il s’agit d’un texte d’Erwan Gaucher où
il explique notamment qu’« en
intervenant sur tous les sujets, les éditorialistes sont aussi
imprécis que les politiques et brouillent le rôle des
journalistes». Pour en savoir plus: Les pires ennemis de la presse?
Les serials-éditorialistes
.

Finalement,
nous avons mis en ligne cette
semaine, un reportage audio sur le lock-out au Journal
de Montréal
, sujet qui a fait la manchette toute la semaine après que les
journalistes et employés de bureau affiliés au Syndicat des
travailleurs de l’information du Journal de Montréal aient massivement rejeté la proposition patronale de règlement de conflit.

[node:ad]