Parfois, devant les veilles funèbres sur la tombe du journalisme
chaque fois qu’une publication ferme ses portes, il m’arrive de me dire
qu’on s’est mépris, quelque part au cours du dernier siècle et demi. On
en est venu à confondre le journalisme et le journal papier.

Parfois, devant les veilles funèbres sur la tombe du journalisme
chaque fois qu’une publication ferme ses portes, il m’arrive de me dire
qu’on s’est mépris, quelque part au cours du dernier siècle et demi. On
en est venu à confondre le journalisme et le journal papier.
[node:ad]