Jeffrey Simpson, La Presse |

À mes débuts en journalisme, j’ai appris une leçon qui m’aide à comprendre – un peu – les dépêches émanant des audiences de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables au Québec.

Je couvrais à l’époque les audiences pancanadiennes de la commission Pepin-Robarts. C’était en 1977 et en 1978. Cette commission avait été créée par le premier ministre Trudeau après l’élection du Parti québécois en 1976. La commission a entendu des témoignages de St. John’s à Victoria et tout groupe ou individu était libre de s’y exprimer sur la situation au Canada.


Jeffrey Simpson, La Presse |

À mes débuts en journalisme, j’ai appris une leçon qui m’aide à comprendre – un peu – les dépêches émanant des audiences de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables au Québec.

Je couvrais à l’époque les audiences pancanadiennes de la commission Pepin-Robarts. C’était en 1977 et en 1978. Cette commission avait été créée par le premier ministre Trudeau après l’élection du Parti québécois en 1976. La commission a entendu des témoignages de St. John’s à Victoria et tout groupe ou individu était libre de s’y exprimer sur la situation au Canada.

[node:ad]