Patrick Déry, Le Trente |

Montréal, le 9 juin 2008 – Il y avait un os dans le plan de Remstar : TQS va congédier tous ses journalistes à la fin de l’été. Dans un marché où les annonceurs décident des règles, l’information doit plus que jamais défendre sa place à la télévision. L’abolition du service de nouvelles du Mouton noir et des 270 postes qui y sont attachés sonne-t-elle le glas de l’information traditionnelle au Québec ? À lire dans notre édition de juin.

Bogue sur les blogues : l’avènement des carnets web a permis de découvrir la belle utopie qu’est le journalisme interactif. Au grand plaisir des chroniqueurs, qui ne se débranchent plus. Mais la jungle internet est pleine d’une faune qui les oblige à avoir recours au cauchemar de tout journaliste : la censure.

Vous pensez convergence ? Oubliez Quebecor. Au Nouveau-Brunswick, Irving détient 80 % de la presse quotidienne et hebdomadaire, en plus de fournir de l’emploi à une personne sur douze dans la province. La sénatrice Joan Fraser l’a souligné : « Nulle part dans le monde développé n’avons-nous trouvé une situation similaire à celle du Nouveau-Brunswick. » Rencontre avec le géant « hyperconvergent ».

L’information va (encore !) plus vite, alors que le web la démocratise en permettant à tout un chacun de se prétendre journaliste, et les pièges sont nombreux, même pour les vieux routiers. Dans son dossier du mois, en cette ère numérique, le Trente se penche sur des questions d’éthique… élastique. Pour compléter ce numéro : les collaborateurs d’ICI dénoncent le contrat de travail que l’on veut leur imposer; le droit d’auteur démystifié par Jacinthe Tremblay et Jean-Benoît Nadeau, et plus encore !

Patrick Déry, Le Trente |

Montréal, le 9 juin 2008 – Il y avait un os dans le plan de Remstar : TQS va congédier tous ses journalistes à la fin de l’été. Dans un marché où les annonceurs décident des règles, l’information doit plus que jamais défendre sa place à la télévision. L’abolition du service de nouvelles du Mouton noir et des 270 postes qui y sont attachés sonne-t-elle le glas de l’information traditionnelle au Québec ? À lire dans notre édition de juin.

Bogue sur les blogues : l’avènement des carnets web a permis de découvrir la belle utopie qu’est le journalisme interactif. Au grand plaisir des chroniqueurs, qui ne se débranchent plus. Mais la jungle internet est pleine d’une faune qui les oblige à avoir recours au cauchemar de tout journaliste : la censure.

Vous pensez convergence ? Oubliez Quebecor. Au Nouveau-Brunswick, Irving détient 80 % de la presse quotidienne et hebdomadaire, en plus de fournir de l’emploi à une personne sur douze dans la province. La sénatrice Joan Fraser l’a souligné : « Nulle part dans le monde développé n’avons-nous trouvé une situation similaire à celle du Nouveau-Brunswick. » Rencontre avec le géant « hyperconvergent ».

L’information va (encore !) plus vite, alors que le web la démocratise en permettant à tout un chacun de se prétendre journaliste, et les pièges sont nombreux, même pour les vieux routiers. Dans son dossier du mois, en cette ère numérique, le Trente se penche sur des questions d’éthique… élastique. Pour compléter ce numéro : les collaborateurs d’ICI dénoncent le contrat de travail que l’on veut leur imposer; le droit d’auteur démystifié par Jacinthe Tremblay et Jean-Benoît Nadeau, et plus encore !

[node:ad]