Une interview de Philippe Lapointe

J’ai rencontré Alain Saulnier pour qu’il me parle de son livre Les barbares numériques et qu’il partage sa vision des défis posés par les géants du numérique à nos démocraties en général et à la souveraineté culturelle québécoise en particulier. Nous avons échangé presque une heure, alors Alain me pardonnera d’avoir résumé ses propos, en essayant de ne pas trahir les nuances de sa pensée. Un détail, Alain et moi nous connaissons depuis longtemps, alors je me suis permis de le tutoyer.

Philippe

Dans ton plus récent livre, tu donnes l’impression d’un homme en mission. Contre l’invasion des GAFAM, leur mainmise sur l’espace numérique, le laisser-faire de nos gouvernements. Y-a-t-il vraiment péril en la demeure?

Alain

Ce livre, c’est un plaidoyer pour que notre société reprenne en main sa souveraineté culturelle, souveraineté qui passe nécessairement par le contrôle de l’espace numérique.

Philippe

Le portrait que tu traces de la puissance de Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft est assez terrifiant.

Alain

La capitalisation boursière combinée de ces puissances numériques dépasse le Produit intérieur brut de la majorité des pays de la planète, par exemple le PIB de la France et de la Grande-Bretagne ensemble. Ces empires – parce que ce sont les nouveaux impérialistes – sont plus puissants que la plupart des états.

Philippe

Tu déplores le laisser-faire de nos gouvernements et de nos institutions, comme le CRTC.

Alain

Le CRTC a pris la décision en 1999 d’exclure le secteur numérique de sa propre juridiction, une décision lourde de conséquences. Contrairement aux autres joueurs, comme les câblodistributeurs et radiodiffuseurs, les puissances numériques ont échappé à toute obligation de contribuer à ce qu’on appelle le système de radiodiffusion, que ce soit par des taxes, des redevances ou autres. Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de dire que l’univers de la radiodiffusion n’est plus sous le contrôle des Canadiens et que les radiodiffuseurs dits traditionnels sont condamnés à la marginalité. Dans la vie quotidienne, il est pratiquement impossible de vivre sans utiliser les services que nous vendent les GAFAM, alors qu’on peut très bien vivre sans la télévision traditionnelle, par exemple.

Philippe

Tu t’inquiètes de la souveraineté culturelle canadienne.

Alain

Comme le cinéma d’Hollywood avant eux, les géants du web considèrent le Canada comme un marché domestique, mais ils sont bien plus puissants qu’Hollywood.  Comme Québécois, je m’inquiète encore plus pour notre culture francophone, qui est clairement menacée . Pour moi, le combat pour la survie de la culture québécoise constitue un des combats les plus importants de notre siècle, et il passe par la prise en main de notre souveraineté culturelle.


Philippe

Que penses-tu de la désinformation et des efforts pour la contrer?

Alain

Les journalistes font un travail colossal pour contrer la désinformation (voir article précédent). Mais ils se battent contre plus puissant qu’eux, surtout qu’un pourcentage de plus en plus grand de la population s’informe d’abord sur les médias sociaux, avec cet « effet bulle » dicté par les algorithmes. Il faut savoir que les médias sociaux n’adhèrent à aucun des codes d’éthique qui régissent le métier de journaliste. Pire, il n’existe aucune régulation même externe des médias sociaux. Facebook et Twitter se sont autoproclamés garants de ce qui peut être dit dans l’espace public. De quel droit? En vertu de quels critères? Ils ont laissé Trump mentir et mentir encore tant qu’il était payant pour eux de le faire, puis ils lui ont retiré ses comptes. Les gens qui n’aiment pas Trump s’en sont réjouis. Mais ça n’a pas de sens de s’en remettre aux GAFAM comme garants de la liberté d’expression. George Orwell (l’auteur de 1984) aurait été surpris de voir Big Brother émerger de l’entreprise privée.

Philippe

Tu traces un portrait plutôt sombre de l’état de notre démocratie et tu définis le combat entre l’information et la désinformation comme le combat extrême du 21ème siècle. Combat extrême dont un des bélligérants possède une puissance démesurée. Et pourtant, en conclusion de ton livre, tu dis que nous pouvons être optimistes. Vraiment?

Alain

Il y a quand même des signaux positifs. On sent que les gouvernements prennent conscience des dangers de la toute-puissance des géants du numérique. Aux États-Unis, des voix s’élèvent chez les démocrates et les républicains pour évoquer l’idée de briser les monopoles.  Après un dur bras de fer, l’Australie a tenu tête à Mark Zuckerberg et obligé Facebook à payer des redevances aux médias australien pour utiliser leur contenu. En Europe, les gouvernements annoncent clairement leur volonté d’encadrer Facebook, notamment en protégeant la vie privée de ses utilisateurs. Au Canada, le gouvernement semble bien décidé à assujettir les géants du web à la loi sur la radiodiffusion. Il y a certainement une prise de conscience générale de plus en plus claire que les GAFAM soit trop puissants et qu’il faut limiter leur appétit de croissance et de pouvoir.

La société québécoise est capable de solidarité. Alors oui, je suis optimiste malgré tout, mais le défi est immense, ici au Québec et à l’échelle de la planète.


Une conférence Zoom sur le livre se tient ce mardi 15 février à 18h. Voici le lien.