Simon Piel, Bakchich |

Internet a bouleversé le fonctionnement des rédactions. Et la recherche de synergies entre les éditions papier et web ne s’est pas faite sans heurts. Première victime : le journaliste web.

« Ne dites pas à mère que je travaille sur le web, elle croit que je suis journaliste». Cette phrase, inventée par Elisabeth Lévy et Philippe Cohen, pour leur livre Notre métier a mal tourné, valait bien quelques développements tant elle met en lumière les difficultés que traversent les journalistes employés par les sites internet d’information. Précarité, rythme infernal, mépris de la part des confrères de l’édition papier (le print, jargonnent certains) jugée plus noble, salaires insuffisants, conditions de travail parfois limites…. Et le journalisme français ne se presse pas pour dénoncer son nouveau prolétariat.

Simon Piel, Bakchich |

Internet a bouleversé le fonctionnement des rédactions. Et la recherche de synergies entre les éditions papier et web ne s’est pas faite sans heurts. Première victime : le journaliste web.

« Ne dites pas à mère que je travaille sur le web, elle croit que je suis journaliste». Cette phrase, inventée par Elisabeth Lévy et Philippe Cohen, pour leur livre Notre métier a mal tourné, valait bien quelques développements tant elle met en lumière les difficultés que traversent les journalistes employés par les sites internet d’information. Précarité, rythme infernal, mépris de la part des confrères de l’édition papier (le print, jargonnent certains) jugée plus noble, salaires insuffisants, conditions de travail parfois limites…. Et le journalisme français ne se presse pas pour dénoncer son nouveau prolétariat.

[node:ad]