Lisa-Marie Gervais, Trente |

Elle doit intéresser, susciter la curiosité, être vendeuse, sexy, voyante, bref la une d’un magazine ou d’un journal doit tout faire pour ne pas passer inaperçue. Dans le lot qui nous a été servi cette année, en voici quelques-unes qui se sont démarquées… pas nécessairement pour les bonnes raisons.

1-Obama = terroriste. New Yorker, édition du 21 juillet. À chacun son scandale. Charlie Hebdo a eu celui des caricatures de Mahomet en 2006, le New Yorker celui de son dessin satirique du 21 juillet dernier. L’illustration pleine, signée Barry Blitt, montre un Barack Obama en djellaba et turban, sandales aux pieds, tapant son poing contre celui de sa femme Michelle, déguisée en égérie des Black Panthers, coiffure afro et AK-47 en bandoulière. Le couple se tient debout au milieu du bureau ovale, un portrait de Ben Laden accroché au mur, un drapeau américain brûlant dans la cheminée. Avec cette image, le prestigieux magazine démocrate voulait dénoncer l’odieuse campagne de déstabilisation menée par la droite américaine. La satire aura plutôt eu l’effet d’une bombe… qui a complètement raté sa cible.

Lisa-Marie Gervais, Trente |

Elle doit intéresser, susciter la curiosité, être vendeuse, sexy, voyante, bref la une d’un magazine ou d’un journal doit tout faire pour ne pas passer inaperçue. Dans le lot qui nous a été servi cette année, en voici quelques-unes qui se sont démarquées… pas nécessairement pour les bonnes raisons.

1-Obama = terroriste. New Yorker, édition du 21 juillet. À chacun son scandale. Charlie Hebdo a eu celui des caricatures de Mahomet en 2006, le New Yorker celui de son dessin satirique du 21 juillet dernier. L’illustration pleine, signée Barry Blitt, montre un Barack Obama en djellaba et turban, sandales aux pieds, tapant son poing contre celui de sa femme Michelle, déguisée en égérie des Black Panthers, coiffure afro et AK-47 en bandoulière. Le couple se tient debout au milieu du bureau ovale, un portrait de Ben Laden accroché au mur, un drapeau américain brûlant dans la cheminée. Avec cette image, le prestigieux magazine démocrate voulait dénoncer l’odieuse campagne de déstabilisation menée par la droite américaine. La satire aura plutôt eu l’effet d’une bombe… qui a complètement raté sa cible.

[node:ad]