ProjetJ/PNCP |

Que reste-t-il du journalisme d’information ?
Consultés au cours de l’automne 2006, des lecteurs, auditeurs et
téléspectateurs de la région de Québec portent un regard critique et
lucide sur l’identité plurielle des nouvelles produites tous les jours
par les médias généralistes. Leur attachement à un modèle idéal de
journalisme noble, désintéressé et au service de la démocratie n’a
d’égal que leur perplexité face à la mixité croissante des catégories
médiatiques et des genres journalistiques. Souvent incapables de
définir avec précision ce qu’on appelle aujourd’hui « le journalisme »,
le discours des récepteurs laisse plutôt poindre un sentiment général
de dégradation des pratiques professionnelles. Au coeur de leurs
inquiétudes, la montée en puissance de l’opinion, l’attrait grandissant
pour le divertissement et, plus encore, la multiplication des messages
à saveur promotionnelle. À travers ce livre, les membres du Groupe de
recherche sur les pratiques novatrices en communication publique (PNCP)
tentent de comprendre jusqu’à quel point l’ampleur du phénomène
d’hybridation des contenus contraint les citoyens à adapter – sinon à
revoir – leur système de « décodage » des médias. Même la presse dite
de référence ne ferait aujourd’hui plus exception à cette remise en
question.

ProjetJ/PNCP |

Que reste-t-il du journalisme d’information ?
Consultés au cours de l’automne 2006, des lecteurs, auditeurs et
téléspectateurs de la région de Québec portent un regard critique et
lucide sur l’identité plurielle des nouvelles produites tous les jours
par les médias généralistes. Leur attachement à un modèle idéal de
journalisme noble, désintéressé et au service de la démocratie n’a
d’égal que leur perplexité face à la mixité croissante des catégories
médiatiques et des genres journalistiques. Souvent incapables de
définir avec précision ce qu’on appelle aujourd’hui « le journalisme »,
le discours des récepteurs laisse plutôt poindre un sentiment général
de dégradation des pratiques professionnelles. Au coeur de leurs
inquiétudes, la montée en puissance de l’opinion, l’attrait grandissant
pour le divertissement et, plus encore, la multiplication des messages
à saveur promotionnelle. À travers ce livre, les membres du Groupe de
recherche sur les pratiques novatrices en communication publique (PNCP)
tentent de comprendre jusqu’à quel point l’ampleur du phénomène
d’hybridation des contenus contraint les citoyens à adapter – sinon à
revoir – leur système de « décodage » des médias. Même la presse dite
de référence ne ferait aujourd’hui plus exception à cette remise en
question.

[node:ad]