Pascale Lapointe, Agence Science-Presse |

L’intérêt des médias pour les changements climatiques est en train
de décliner, suggère une étude récente… qui confirme aussi les
intuitions de quelques journalistes du domaine. Un retour à la
situation des années 1990, quand ce sujet suscitait l’indifférence, ou
une bonne chose?

Selon les données de Maxwell Boykoff et Maria Mansfield, de l’Université Oxford, le « pic » de popularité —ou bien le plus gros de la bulle— aurait été atteint au début de 2007. C’était le moment où étaient publiés les différents volumes du dernier rapport du Groupe des Nations Unies sur le climat (le GIEC).

Pascale Lapointe, Agence Science-Presse |

L’intérêt des médias pour les changements climatiques est en train
de décliner, suggère une étude récente… qui confirme aussi les
intuitions de quelques journalistes du domaine. Un retour à la
situation des années 1990, quand ce sujet suscitait l’indifférence, ou
une bonne chose?

Selon les données de Maxwell Boykoff et Maria Mansfield, de l’Université Oxford, le « pic » de popularité —ou bien le plus gros de la bulle— aurait été atteint au début de 2007. C’était le moment où étaient publiés les différents volumes du dernier rapport du Groupe des Nations Unies sur le climat (le GIEC).

[node:ad]