Ed Williamson, Le Post |

Le buzz est la nouvelle religion du Web. Tout le monde veut buzzer, tout le monde veut faire de tout un buzz parce que tout peut être buzzé, même cet article peut être interprété comme une volonté de buzzer car je suis un bloggeur donc forcément je veux buzzer, pas vrai ? STOOOOOP !

Ras le buzz ! Les internautes s’ennuient-ils donc tellement qu’ils se jettent comme des morts-de-faim sur ce qui est susceptible de représenter un début de naissance d’un buzz, sur la moindre vidéo vaguement drôle, la moindre information croustillante, relayée par des bloggeurs avides de trafic, l’avalant rapidement, leur dose quotidienne (car c’en devient une drogue !) augmentant de jour en jour ?

On est dans quoi là, le mimétisme primaire qui consiste à relayer des choses sans intérêt pour voir si aux yeux des autres ça en aura ? Et plus c’est stupide, mieux c’est car en plus de ceux que ça amuse, on attire ceux que ça énerve et qui se sentent obligés de dire ce qu’ils ont à dire, eux et leur ego nouvellement (ou pas) démesuré ?

« Il [le buzz] venait casser la hiérarchie des médias traditionnels. Après le scoop, le buzz: une sorte de bouche à oreille sur le Net qui transforme une “petite info”, peu ou non relayée par les médias, en sujet dont tout le monde parle. Du coup, un journaliste sur le web pense désormais “buzz”. » Benoît Raphaël, rédacteur en chef du Post, sur son blog.

Je n’ai que 19 ans mais j’ai été élevé en voyant mes parents lire Le Monde et Libération et je les ai vite imités. Rapidement la hiérarchie des médias traditionnels m’est apparue évidente : en haut les 2 journaux précédents ainsi que quelques autres (de droite ou de gauche), et en bas les VSD, Match, aujourd’hui rejoints par des journaux qui placeraient les derniers presque au milieu de l’échelle. Les scoops sont les buzz d’hier. Et paradoxalement le terme “scoop” a acquis ses lettres de noblesse grâce au terme “buzz”. Je nuance tout de suite, il y a des buzz plus ou moins stupides, plus ou moins drôles, d’ailleurs je suis super-client des buzz relayés par Presse-Citron. Moi-même j’en ai posté pas mal ici des vidéos insolites, et beaucoup sont passées en Une. Pas de méprise, je ne suis pas contre les buzz, il est pas réactionnaire le Ed Williamson. Mais je suis contre la religion du buzz.

Ed Williamson, Le Post |

Le buzz est la nouvelle religion du Web. Tout le monde veut buzzer, tout le monde veut faire de tout un buzz parce que tout peut être buzzé, même cet article peut être interprété comme une volonté de buzzer car je suis un bloggeur donc forcément je veux buzzer, pas vrai ? STOOOOOP !

Ras le buzz ! Les internautes s’ennuient-ils donc tellement qu’ils se jettent comme des morts-de-faim sur ce qui est susceptible de représenter un début de naissance d’un buzz, sur la moindre vidéo vaguement drôle, la moindre information croustillante, relayée par des bloggeurs avides de trafic, l’avalant rapidement, leur dose quotidienne (car c’en devient une drogue !) augmentant de jour en jour ?

On est dans quoi là, le mimétisme primaire qui consiste à relayer des choses sans intérêt pour voir si aux yeux des autres ça en aura ? Et plus c’est stupide, mieux c’est car en plus de ceux que ça amuse, on attire ceux que ça énerve et qui se sentent obligés de dire ce qu’ils ont à dire, eux et leur ego nouvellement (ou pas) démesuré ?

« Il [le buzz] venait casser la hiérarchie des médias traditionnels. Après le scoop, le buzz: une sorte de bouche à oreille sur le Net qui transforme une “petite info”, peu ou non relayée par les médias, en sujet dont tout le monde parle. Du coup, un journaliste sur le web pense désormais “buzz”. » Benoît Raphaël, rédacteur en chef du Post, sur son blog.

Je n’ai que 19 ans mais j’ai été élevé en voyant mes parents lire Le Monde et Libération et je les ai vite imités. Rapidement la hiérarchie des médias traditionnels m’est apparue évidente : en haut les 2 journaux précédents ainsi que quelques autres (de droite ou de gauche), et en bas les VSD, Match, aujourd’hui rejoints par des journaux qui placeraient les derniers presque au milieu de l’échelle. Les scoops sont les buzz d’hier. Et paradoxalement le terme “scoop” a acquis ses lettres de noblesse grâce au terme “buzz”. Je nuance tout de suite, il y a des buzz plus ou moins stupides, plus ou moins drôles, d’ailleurs je suis super-client des buzz relayés par Presse-Citron. Moi-même j’en ai posté pas mal ici des vidéos insolites, et beaucoup sont passées en Une. Pas de méprise, je ne suis pas contre les buzz, il est pas réactionnaire le Ed Williamson. Mais je suis contre la religion du buzz.

[node:ad]