Astral
Media a annoncé hier son retour au sein du Conseil de presse
du Québec (CPQ), organisme qui défend «le droit du public à une
information de qualité» et examine les plaintes touchant le travail
journalistique. Tout comme Astral, Corus, TVA,
RDS, TQS, Radio-Nord et MétéoMédia avaient claqué la porte de CPQ
en décembre 2008 portant un dur coup à sa représentativité, mais
aussi à ses finances en cessant d’y contribuer.

Astral
Media a annoncé hier son retour au sein du Conseil de presse
du Québec (CPQ), organisme qui défend «le droit du public à une
information de qualité» et examine les plaintes touchant le travail
journalistique.

Tout comme Astral, Corus, TVA,
RDS, TQS, Radio-Nord et MétéoMédia avaient claqué la porte de CPQ
en décembre 2008 portant un dur coup à sa représentativité, mais
aussi à ses finances en cessant d’y contribuer.

Le président du CPQ, John Gomery,
s’est donc réjoui de la nouvelle. «C’est un excellent signe de la
revitalisation du Conseil» a-t-il confié au Devoir. D’autant plus
que le quotidien de la rue Bleury révèle que Cogeco est également
sur le point d’annoncer son intention d’intégrer le tribunal
d’honneur du journalisme québécois.

Pour en savoir plus:

Le
Devoir
se penchait ce
matin sur l’isolement de Quebecor, qui persiste à bouder le CPQ et le menace de
poursuites, et Rue Frontenac exposait le point de vue du président
de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec
(FPJQ), Brian Myles. En juin, il avait blâmé l’attitude de Quebecor
en soulignant qu’il ne s’est pas doté «du moindre mécanisme
crédible pour recevoir et traiter, de manière indépendante, les
plaintes du public».

[node:ad]