Le départ de Roland-Yves Carignan de son poste de directeur de l’information du journal le Devoir a été annoncé ce matin aux salariés dans un courriel interne signé de sa rédactrice en chef Josée Boileau. Une annonce qui semble avoir pris tout le monde par surprise au sein de la rédaction.

Le départ de Roland-Yves Carignan de son poste de directeur de l’information du journal le Devoir a été annoncé ce matin aux salariés dans un courriel interne signé de sa rédactrice en chef Josée Boileau. Une annonce qui semble avoir pris tout le monde par surprise au sein de la rédaction.

Par Hélène Roulot-Ganzmann

Mise à jour à 18h30: Projet J a tenté de joindre Josée Boileau cet après-midi, sans succès. Deuxième mise à jour à 19h35, après réception de la version de Josée Boileau.

«Ce courriel pour vous informer du départ de Roland-Yves Carignan comme directeur de l’information du Devoir, résultat d’un accord mutuel qui s’inscrit dans la foulée de la réorganisation de la direction entreprise depuis le début de l’année», peut-on lire dans la note interne diffusée ce matin au sein de la rédaction, et dont Projet J a pris connaissance.

«Paul Cauchon le remplacera aujourd’hui et ce sera mon tour la semaine prochaine, poursuit Josée Boileau, rédactrice en chef du Devoir. Nous vous tiendrons rapidement au courant pour la suite.»

Au sein de la rédaction, c’est la surprise. Roland-Yves Carignan était rentré de vacances il y a quelques semaines, il préparait la rentrée et rien ne laissait supposer qu’il était sur le point de partir, raconte-t-on, tout en laissant supposer qu’il s’agirait en réalité plus d’une mise à la porte que d’un accord mutuel.

Victime du virage numérique?

Ce départ intervient dans un contexte de restructuration du quotidien indépendant et de restriction budgétaire.

Si aucun nom n’a encore filtré concernant le successeur de M. Carignan, à l’interne, on évoque la possibilité d’un jeu de chaise musicale.

[node:ad]

Pour économiser, Le Devoir va peut-être décider de déplacer un des capitaines au poste de direction de l’information sans remplacer la fonction qu’il occupait précédemment. Le journal aurait déjà opéré de cette façon par le passé, a-t-on confié à Projet J.

Une supposition qui ne serait pas à l’ordre du jour, selon Josée Boileau:

«Le poste de directeur de l’information sera affiché sous peu, promet-elle, et je souligne que les postes vacants au Devoir sont évidemment remplacés, précisant que les restrictions budgétaires n’ont rien à voir dans cette affaire.

Dans les couloirs, on évoque également la possibilité que le Devoir veuille prendre à bras le corps le virage numérique et que Roland-Yves Carignan n’était pas vu comme la personne idéale pour mener cette opération.

Mais là encore, Josée Boileau s’insurge:

«Au Devoir, tous le reconnaîtront, Roland-Yves a été indispensable dans le renouvellement de notre gestion de l’information, notre storytelling, tant par l’approche en termes de contenu que de la mise en valeur de l’information, affirme-t-elle. Après quatre ans, il souhaitait relever d’autres défis que le Devoir, vu la taille de l’entreprise, ne pouvait lui offrir et qui ne correspondaient pas à la réorganisation entreprise depuis quelques mois. Le départ s’est donc conclu sur un accord mutuel.»

Une carrière bien remplie

Dans le courriel envoyé ce matin à la rédaction, Madame Boileau remerciait d’ailleurs chaleureusement Roland-Yves Carignan. «Le travail fut intense, son apport important et il a contribué à améliorer le Devoir de façon significative. Nous lui souhaitons la plus sincère des chances pour la suite de sa carrière», écrivait-elle.

Roland-Yves Carignan était directeur de l’information du Devoir depuis août 2009. Sa carrière avait d’ailleurs démarré au Devoir, où il avait travaillé de 1992 à 1998, d’abord à titre de reporter et de pupitreur, puis de directeur artistique, avant de quitter pour le National Post, puis The Gazette. Entre 2005 à 2008, il est parti pour la France où il s’est chargé de créer la nouvelle formule du journal Libération.  De retour au pays, il a occupé durant un an le poste de directeur de l’information visuelle au Journal de Québec avant de s’installer au Devoir.