Marianne Chouinard, Éditions Infopresse |

Quebecor a connu cette semaine de nombreux bouleversements, dont la démission de Pierre-Karl et Érik Péladeau de Quebecor World ainsi que des compressions à Sun Media, le tout sur fond de menace de lock-out au Journal de Montréal.

Au Journal de Montréal, où les négociations entre la direction et le Syndicat des travailleurs du Journal de Montréal (STJM) piétinent, le lock-out semble imminent. Selon les propos tenus dans les médias par Raynald Leblanc, président du STJM, les 260 employés du journal s’attendent à ce que Quebecor les mette en lock-out dès le 2 janvier, leur convention collective expirant le 31 décembre. Les négociations pour la conclusion d’un nouveau contrat de travail sont suspendues depuis plusieurs jours. Cette semaine, le ministère du Travail a nommé Pierre-Marc Bédard conciliateur dans le conflit.

Marianne Chouinard, Éditions Infopresse |

Quebecor a connu cette semaine de nombreux bouleversements, dont la démission de Pierre-Karl et Érik Péladeau de Quebecor World ainsi que des compressions à Sun Media, le tout sur fond de menace de lock-out au Journal de Montréal.

Au Journal de Montréal, où les négociations entre la direction et le Syndicat des travailleurs du Journal de Montréal (STJM) piétinent, le lock-out semble imminent. Selon les propos tenus dans les médias par Raynald Leblanc, président du STJM, les 260 employés du journal s’attendent à ce que Quebecor les mette en lock-out dès le 2 janvier, leur convention collective expirant le 31 décembre. Les négociations pour la conclusion d’un nouveau contrat de travail sont suspendues depuis plusieurs jours. Cette semaine, le ministère du Travail a nommé Pierre-Marc Bédard conciliateur dans le conflit.

[node:ad]