À l’heure où les médias ne sont plus les diffuseurs exclusifs de nouvelles, on s’entend de plus en plus dire que l’avenir de la profession passera par le journalisme de données. Une dimension qui, si elle demeure à l’état de niche, prend effectivement de plus en plus en place… tout en effrayant encore bon nombre d’artisans de l’information. Le guide du datajournalisme, désormais disponible gratuitement en français sur internet, propose de démystifier la chose.

À l’heure où les médias ne sont plus les diffuseurs exclusifs de nouvelles, on s’entend de plus en plus dire que l’avenir de la profession passera par le journalisme de données. Une dimension qui, si elle demeure à l’état de niche, prend effectivement de plus en plus en place… tout en effrayant encore bon nombre d’artisans de l’information. Le guide du datajournalisme, désormais disponible gratuitement en français sur internet, propose de démystifier la chose.

Par Hélène Roulot-Ganzmann

«Quand les informations étaient rares, l’essentiel de nos efforts se portait sur la recherche et la collecte. Maintenant qu’elles sont abondantes, le traitement des informations est devenu plus important.» Philip Meyer, professeur émérite de l’Université́ de Caroline du Nord à Chapel Hill

«Être capable d’identifier les tendances et les cas isolés n’est pas seulement important sur le plan statistique, c’est indispensable pour déconstruire le monde complexe dans lequel nous vivons aujourd’hui.» David Anderton, journaliste indépendant

«Aujourd’hui, il faut être capable d’analyser des données, d’en tirer les informations pertinentes et de les replacer dans leur contexte pour aider les gens à en comprendre tous les tenants et les aboutissants.» Tim Berners-Lee, fondateur du World Wide Web

Le guide du datajournalisme est un ouvrage collaboratif. Philip Meyer, David Anderton et Tim Berners-Lee ne sont que trois parmi une trentaine d’auteurs, journalistes, chercheurs, informaticiens, statisticiens de partout sur la planète, qui ont donnés un peu de leur temps et beaucoup de leur expérience pour faire tomber un tabou, amener de plus en plus de professionnels de l’information à aller fouiller dans les milliards de données disponibles sur internet… et ainsi sauver le métier.

Journaliste-informaticien-infographiste

Un ouvrage collaboratif parce que le journalisme de données est lui-même une activité qui s’exerce le plus souvent de manière collaborative.

«Dans le datajournalisme s’exprime d’abord le rôle traditionnel du journaliste, explique Jean-Marie Charon, professeur à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Identification de ce qui fait sens du point de vue de l’intérêt général, croisement, vérification, puis hiérarchisation des faits. En même temps, cette recherche et cette vérification, et la conception des moyens qui vont permettre de transmettre l’information au public, passe par une coopération étroite avec un professionnel de l’informatique. (…) Enfin, dans la construction d’une narration originale, le binôme journaliste-informaticien s’adjoint le plus souvent l’aide de spécialistes du visuel.»

[node:ad]

Un guide pratique

Mais ce guide du datajournalisme fait plus que vanter les mérites de cette nouvelle dimension du métier. Plusieurs journalistes de données expérimentés et officiant dans de grandes rédactions décortiquent leurs reportages. Ils expliquent comment ils ont eu l’idée d’enquêter sur le sujet où comment ils sont tombées sur telles ou telles données. Ils révèlent les outils qu’ils utilisent afin de naviguer dans la multitude de bases de données disponibles sur le web. Comment ils font en sorte que ce soit les données qui les intéressent qui viennent à eux et comment ils mettent en place une veille sur les sujets qui les intéressent. Ils racontent les choix qu’ils font en matière de storytelling, ce qu’ils décident d’écrire de manière traditionnelle, pour quelles raisons ils vont plutôt créer une application ou présenter les faits visuellement.

Une mine d’or pour tout journaliste désirant fouiller dans les données sans savoir nécessairement par quel bout commencer. Mais attention, prévient Nicolas Kayser-Bril, co-fondateur de Journalism++, un réseau européen de journalistes de données, «malheureusement, le simple fait de lire ce livre ne vous apportera pas toutes les connaissances et les compétences requises pour devenir datajournaliste. Cela demanderait une énorme bibliothèque gérée par des centaines d’experts capables de répondre à des questions diverses sur des centaines de sujets différents. Par chance, conclut-il, cette bibliothèque existe: elle s’appelle internet.»

Une bibliothèque universelle et bien souvent gratuite… sur laquelle se trouve également ce guide du datajournalisme, en consultation libre.

À voir aussi:

Bienvenue dans l’ère du journalisme de données

37e Avenue: aborder l’information de façon créative