Président de l’Union des Clubs de la presse de France et francophones |

Si je réponds que le journaliste se doit d’informer, ça fera bizarre ? Avec la multiplication des émetteurs d’informations, le public fait des choix tant au niveau des télécommandes que des souris, objets difficiles à maîtriser.
Alors quel rôle pour les journalistes aujourd’hui ? Informer avec la plus grande objectivité que possible en s’appuyant fondamentalement sur la déontologie. On pourra évoquer la difficulté d’être acteur et citoyen du monde en évitant les pièges des postures et des sentiments personnels. Toutefois, le journaliste se doit certainement d’être le professionnel (“à condition que le temps et les moyens lui en soient donnés…” ) pouvant à la fois analyser ou commenter « une actu » avec un maximum de recul et ainsi permettre une réflexion de celui qui choisit de lire, écouter ou regarder un sujet.

Intégrité et fiabilité sont donc des qualités « réclamées » aux journalistes qui se doivent à la fois d’être ceux qui éclairent, favorisent la réflexion et apprennent à mieux appréhender le monde et ses sociétés en évitant de « jouer » au moralisateur…

Car en écoutant le public, on se rend compte que l’attitude du « journaliste-personnage distant » des réalités des populations n’a rien arrangé dans la relation entre eux. Questions : Est-ce que le journaliste n’aurait pas oublié que son travail et sa production sont destinés à être partagés? L’une des missions actuelles n’est-elle pas d’instaurer un rapport de confiance entre les journalistes et le public ? Peut-on être journaliste en omettant de se remettre en question ?
Les questions fusent. Mais il semble bien que l’obligation pour le journaliste de fournir un travail empreint de grande rigueur figure au rang des défis à relever pour les journalistes pour tout simplement être considérés comme acteurs crédibles et dignes de…confiance.

Le tableau n’est pas « noir », fort heureusement, et gageons que la majorité des journalistes saura rester ancrée dans les valeurs de notre profession avec toutes ses exigences. Sans doute que le temps et la perception des attentes de la société seront des alliés pour que le journaliste demeure à la fois le pédagogue et LA source d’information prioritaire du public.
A quoi sert un journaliste ?…

Site des Assises Internationales du Journalisme

Président de l’Union des Clubs de la presse de France et francophones |

Si je réponds que le journaliste se doit d’informer, ça fera bizarre ? Avec la multiplication des émetteurs d’informations, le public fait des choix tant au niveau des télécommandes que des souris, objets difficiles à maîtriser.
Alors quel rôle pour les journalistes aujourd’hui ? Informer avec la plus grande objectivité que possible en s’appuyant fondamentalement sur la déontologie. On pourra évoquer la difficulté d’être acteur et citoyen du monde en évitant les pièges des postures et des sentiments personnels. Toutefois, le journaliste se doit certainement d’être le professionnel (“à condition que le temps et les moyens lui en soient donnés…” ) pouvant à la fois analyser ou commenter « une actu » avec un maximum de recul et ainsi permettre une réflexion de celui qui choisit de lire, écouter ou regarder un sujet.

Intégrité et fiabilité sont donc des qualités « réclamées » aux journalistes qui se doivent à la fois d’être ceux qui éclairent, favorisent la réflexion et apprennent à mieux appréhender le monde et ses sociétés en évitant de « jouer » au moralisateur…

Car en écoutant le public, on se rend compte que l’attitude du « journaliste-personnage distant » des réalités des populations n’a rien arrangé dans la relation entre eux. Questions : Est-ce que le journaliste n’aurait pas oublié que son travail et sa production sont destinés à être partagés? L’une des missions actuelles n’est-elle pas d’instaurer un rapport de confiance entre les journalistes et le public ? Peut-on être journaliste en omettant de se remettre en question ?
Les questions fusent. Mais il semble bien que l’obligation pour le journaliste de fournir un travail empreint de grande rigueur figure au rang des défis à relever pour les journalistes pour tout simplement être considérés comme acteurs crédibles et dignes de…confiance.

Le tableau n’est pas « noir », fort heureusement, et gageons que la majorité des journalistes saura rester ancrée dans les valeurs de notre profession avec toutes ses exigences. Sans doute que le temps et la perception des attentes de la société seront des alliés pour que le journaliste demeure à la fois le pédagogue et LA source d’information prioritaire du public.
A quoi sert un journaliste ?…

Site des Assises Internationales du Journalisme

[node:ad]