Clothilde Le Coz, blogmedias.com

Fini le temps où Internet annonçait la fin de la télévision et mettait la presse au bord du gouffre… Non seulement Internet « complète » mais Internet « stimule ». Une étude londonienne de l’office britannique de contrôle de la diffusion de la presse (ABC) montre que les versions en ligne des journaux sont considérées comme une source d’appoint plutôt que comme remplacement d’une version imprimée traditionnelle. Pour les Français de Médiamétrie, Internet « stimule » même la consommation des autres médias. Le Figaro rapporte que « les médias classiques sont toujours autant consommés, à hauteur de 89% pour la télévision, 80,5% pour la radio et 79,8% pour la presse. Cela n’empêche pas Internet de progresser, puisque 35% des Français de 13 ans et plus entrent en contact avec le Web sur un jour moyen ». Il paraîtrait aussi qu’Internet reviendrait vers le papier…

Comment expliquer cet enchevêtrement ?


Clothilde Le Coz, blogmedias.com

Fini le temps où Internet annonçait la fin de la télévision et mettait la presse au bord du gouffre… Non seulement Internet « complète » mais Internet « stimule ». Une étude londonienne de l’office britannique de contrôle de la diffusion de la presse (ABC) montre que les versions en ligne des journaux sont considérées comme une source d’appoint plutôt que comme remplacement d’une version imprimée traditionnelle. Pour les Français de Médiamétrie, Internet « stimule » même la consommation des autres médias. Le Figaro rapporte que « les médias classiques sont toujours autant consommés, à hauteur de 89% pour la télévision, 80,5% pour la radio et 79,8% pour la presse. Cela n’empêche pas Internet de progresser, puisque 35% des Français de 13 ans et plus entrent en contact avec le Web sur un jour moyen ». Il paraîtrait aussi qu’Internet reviendrait vers le papier…

Comment expliquer cet enchevêtrement ?

[node:ad]