Louis Cornellier, Le Devoir |

Avec Du journalisme en démocratie («Petite bibliothèque Payot», 2006)
et Une histoire politique du journalisme, XIX-XXe siècle («Points»,
2007), la jeune universitaire française Géraldine Muhlmann renouvelle
brillamment le discours critique sur le journalisme. Armée d’une
culture littéraire, philosophique, politique et journalistique
phénoménale et d’une acuité analytique remarquable, elle veut penser
«le sens politique de l’activité journalistique» en évitant les écueils
de la naïveté démocratique (les journalistes comme gardiens ultimes de
la liberté d’expression) et du pessimisme chagrin, selon lequel le
journalisme est à la solde des puissants et contribue à
l’homogénéisation de l’espace public.

Louis Cornellier, Le Devoir |

Avec Du journalisme en démocratie («Petite bibliothèque Payot», 2006)
et Une histoire politique du journalisme, XIX-XXe siècle («Points»,
2007), la jeune universitaire française Géraldine Muhlmann renouvelle
brillamment le discours critique sur le journalisme. Armée d’une
culture littéraire, philosophique, politique et journalistique
phénoménale et d’une acuité analytique remarquable, elle veut penser
«le sens politique de l’activité journalistique» en évitant les écueils
de la naïveté démocratique (les journalistes comme gardiens ultimes de
la liberté d’expression) et du pessimisme chagrin, selon lequel le
journalisme est à la solde des puissants et contribue à
l’homogénéisation de l’espace public.

[node:ad]