Colette Brin, ProjetJ (d’après Charlatan.ca et Le Droit)

L’Université Carleton abolit l’exigence de compétence minimale en français pour ses étudiants en journalisme, évoquant leur profil linguistique varié, reflet d’un Canada davantage multilingue que bilingue. Loin de se résigner à cette réalité, le Commissaire des langues officielles et ex-journaliste, Graham Fraser, dénonce la décision de cette institution phare située dans la capitale nationale.

En janvier 2007, M. Fraser témoignait devant l’Association canadienne des journalistes, section Ottawa, de l’importance du bilinguisme, et d’un idéal auquel peu de gens croient encore: le rapprochement des “deux solitudes”.


Colette Brin, ProjetJ (d’après Charlatan.ca et Le Droit)

L’Université Carleton abolit l’exigence de compétence minimale en français pour ses étudiants en journalisme, évoquant leur profil linguistique varié, reflet d’un Canada davantage multilingue que bilingue. Loin de se résigner à cette réalité, le Commissaire des langues officielles et ex-journaliste, Graham Fraser, dénonce la décision de cette institution phare située dans la capitale nationale.

En janvier 2007, M. Fraser témoignait devant l’Association canadienne des journalistes, section Ottawa, de l’importance du bilinguisme, et d’un idéal auquel peu de gens croient encore: le rapprochement des “deux solitudes”.

[node:ad]