L'éditeur et rédacteur en chef du Huffington Post Québec n'est pas encore en poste que déjà une équipe de blogueurs l'attend. Patrick White pourra notamment compter sur le député de Québec Solidaire, Amir Khadir, et le cofondateur et porte-parole d'Équiterre, Steven Guilbault, a appris ProjetJ.

L'éditeur et rédacteur en chef du Huffington Post Québec n'est pas encore en poste que déjà une équipe de blogueurs l'attend. Patrick White pourra notamment compter sur le député de Québec Solidaire, Amir Khadir, et le cofondateur et porte-parole d'Équiterre, Steven Guilbault, a appris ProjetJ.

En entrevue en début de semaine, Patrick White expliquait que le Huffington Post Québec n'aspirait pas à se positionner sur l'échiquier politique québécois, contrairement à son grand frère américain qui se distingue par sa ligne progressiste. «On donnera la parole à tout le monde, peu importe s'il est de droite, de centre, ou de gauche», confiait-il à ProjetJ.

Des huit blogueurs confirmés jusqu'à présent, quatre sont cependant clairement ancrés à gauche. Outre Amir Khadir et Steven Guilbault, le militant libertaire Normand Baillargeon, auteur du livre Petit cours d'autodéfense intellectuelle, aura également un espace au sein du blogue collectif du HuffPost, de même que Françoise David de Québec Solidaire.

Le site a également recruté trois personnalités connues du milieu culturel québécois: les actrices Évelyne de la Chenelière et Charlotte Laurier, ainsi que l'ex-rédacteur en chef de l’hebdomadaire Voir et patron de son défunt concurrent Ici Montréal, Jean Barbe, qui est actuellement chroniqueur pour Canoë et collaborateur à l'émission Bazzo.tv entre autres.

Le HuffPost a par ailleurs mis la main sur une autre collaboratrice de Bazzo.tv, l'auteure Djemila Benhabib, connue pour son pamphlet anti-islamiste Ma vie à contre-Coran. De nature bouillonnante, habituée des tribunes populistes, notamment de l'émission Franchement Martineau à LCN, Djemila Benhabib cadre dans le créneau populaire qui fait la force du Huffington Post ailleurs dans le monde.

Suivant le modèle d'affaires désormais bien connu du site américain, ces huit blogueurs collaboreront au HuffPost gratuitement. Cette façon de faire vaut au site une poursuite du blogueur Jonathan Tasini qui réclame que les quelque 9000 contributeurs non rémunérés aux États-Unis soient payés pour la valeur qu'ils ont créée – le site a été acheté 315 millions de dollars par le groupe AOL. En mai, le syndicat américain Newspaper Guild a aussi appelé les collaborateurs du site à cesser de fournir leurs contenus gratuitement.

(paragraphe modifié post-publication 17/12/11) Outre les collaborateurs non rémunérés, le Huffington Post Québec comptera quatre journalistes dont leur chef d'orchestre, Patrick White. Ensemble, ils risquent de «bouleverser le fragile équilibre médiatico-journalistique» québécois, écrit le stratège numérique Martin Lessard sur le blogue Triplex de Radio-Canada. «Une succursale au Québec, si son implantation est bien orchestrée, en prenant bien soin de se doter de journalistes, chroniqueurs et blogueurs locaux, fera mal à plusieurs joueurs du terroir. Elle fera particulièrement mal à ceux qui n’ont pas pris le virage numérique de la bonne façon et refusé d’intégrer de façon massive le public à la fabrication des nouvelles», prévoit-il.

Selon lui, Le Devoir devrait regarder passer la tornade HuffPost sans broncher parce qu'il s'adresse à un lectorat très différent. La Presse devrait elle aussi bien s'en sortir grâce à sa crédibilité et à la popularité de ses chroniqueurs, mais elle devra peut-être faire «des ajustements pour intégrer plus l’apport des lecteurs ou des blogueurs externes». Par contre, le Journal de Montréal pourrait fort bien trembler. «Sur le plan des exclusivités ou des opinions qui génèrent «l’indignation», concurrencer la possible armée de blogueurs rattachés au HuffPost sera probablement une lutte inégale», prédit Martin Lessard.

 

Voir aussi:

Huffington Post Québec: 5 questions à l'éditeur Patrick White

Huffington Post Québec: c'est pour bientôt

Bataille d'éthique (ou d'influence) chez TechCrunch

HuffPo et AOL engendrent un géant de l'info en ligne

 

 

 

[node:ad]