Daphnée Dion-Viens, Le Soleil |

Malgré l’impasse, les employés du Journal de Québec rencontrés hier
affirmaient ne pas trop être déçus par ce nouvel échec des
négociations, tout simplement parce qu’ils n’y ont jamais vraiment cru.

À la sortie de leur assemblée syndicale, plusieurs ont refusé de
commenter la situation. Mais d’autres en avaient plutôt long à dire
contre l’employeur. «Je n’ai jamais pensé que ça allait fonctionner,
parce que les gens de Quebecor sont des hypocrites et des menteurs. On
peut même les qualifier de terroristes économiques, ils essaient juste
de nous écraser», a lancé le chef de pupitre Mario Fraser.

Daphnée Dion-Viens, Le Soleil |

Malgré l’impasse, les employés du Journal de Québec rencontrés hier
affirmaient ne pas trop être déçus par ce nouvel échec des
négociations, tout simplement parce qu’ils n’y ont jamais vraiment cru.

À la sortie de leur assemblée syndicale, plusieurs ont refusé de
commenter la situation. Mais d’autres en avaient plutôt long à dire
contre l’employeur. «Je n’ai jamais pensé que ça allait fonctionner,
parce que les gens de Quebecor sont des hypocrites et des menteurs. On
peut même les qualifier de terroristes économiques, ils essaient juste
de nous écraser», a lancé le chef de pupitre Mario Fraser.

[node:ad]