Alain Gravel, Radio-Canada

Le reportage sur Saïd Jaziri à Enquête cette semaine n’était pas encore diffusé que déjà nous recevions des lettres de protestation. 
 
Notamment,
cette dame qui nous dit qu’elle en a RAS-LE-BOL (les majuscules sont
d’elle dans sa lettre) de ce débat sur Jaziri. Qu’elle ne regarderait
pas notre émission. Qu’on doit cesser d’en parler. Elle ne comprend pas
pourquoi une équipe comme la nôtre ne ferait pas confiance à
Immigration Canada dans sa décision de déporter l’imam tunisien dans
son pays. 
 
D’autres nous ont écrit pour nous crier des bêtises
ou pour nous insulter. Un téléspectateur a même déjà déposé une plainte
officielle à l’ombudsman de Radio-Canada de façon « préventive », avant
que le reportage n’ait été diffusé! 

Alain Gravel, Radio-Canada

Le reportage sur Saïd Jaziri à Enquête cette semaine n’était pas encore diffusé que déjà nous recevions des lettres de protestation. 
 
Notamment,
cette dame qui nous dit qu’elle en a RAS-LE-BOL (les majuscules sont
d’elle dans sa lettre) de ce débat sur Jaziri. Qu’elle ne regarderait
pas notre émission. Qu’on doit cesser d’en parler. Elle ne comprend pas
pourquoi une équipe comme la nôtre ne ferait pas confiance à
Immigration Canada dans sa décision de déporter l’imam tunisien dans
son pays. 
 
D’autres nous ont écrit pour nous crier des bêtises
ou pour nous insulter. Un téléspectateur a même déjà déposé une plainte
officielle à l’ombudsman de Radio-Canada de façon « préventive », avant
que le reportage n’ait été diffusé! 

[node:ad]