Jean-Claude Leclerc, Le Devoir |

À peine Stephen Harper se targuait-il d’avoir nettoyé les écuries
fédérales qu’une ancienne affaire secoue les conservateurs. L’enquête
Airbus, que l’on croyait définitivement classée, a refait surface. On
parle maintenant d’une «affaire Mulroney». Le chef du gouvernement a
choisi, avec raison, de solliciter l’avis d’un tiers indépendant. Déjà
l’ex-premier ministre, Brian Mulroney, promet de «coopérer pleinement».
Des divers moyens que ce conseiller considérera, cependant, tous ne
sont pas propices à faire la lumière.

Jean-Claude Leclerc, Le Devoir |

À peine Stephen Harper se targuait-il d’avoir nettoyé les écuries
fédérales qu’une ancienne affaire secoue les conservateurs. L’enquête
Airbus, que l’on croyait définitivement classée, a refait surface. On
parle maintenant d’une «affaire Mulroney». Le chef du gouvernement a
choisi, avec raison, de solliciter l’avis d’un tiers indépendant. Déjà
l’ex-premier ministre, Brian Mulroney, promet de «coopérer pleinement».
Des divers moyens que ce conseiller considérera, cependant, tous ne
sont pas propices à faire la lumière.

[node:ad]