Quelque 25 ans après s’être dissociée de la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) pour se concentrer sur le sort des pigistes, l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) constate que le traitement réservé aux travailleurs autonomes n’a pas beaucoup changé dans le paysage médiatique québécois.

 

Quelque 25 ans après s’être dissociée de la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) pour se concentrer sur le sort des pigistes, l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) constate que le traitement réservé aux travailleurs autonomes n’a pas beaucoup changé dans le paysage médiatique québécois.

Par Samuel Larochelle

Questionnée sur la réalité financière des journalistes indépendants en 2013, la vice-présidence sortante de l’AJIQ, Mariève Paradis, affirme qu’un pigiste à temps plein peut gagner entre 20 000 $ et 50 000 $ par année. « Si on compare notre situation à la convention collective d’un média dont les salaires dépassent 50 000 $ par année, c’est difficile pour nous d’accoter ça, mais la liberté de choisir nos mandats est la plus belle chose au monde. J’ai déjà eu un travail de salariée syndiquée, le gros kit auquel plusieurs jeunes journalistes rêvent, mais je n’étais pas bien là-dedans. » 

Même si elle chérit sa liberté, la journaliste de 32 ans affirme être troublée de constater que la moyenne des tarifs (100 $ le feuillet) est la même qu’il y a 20 ans. « C’est encore plus aberrant quand on sait que les tarifs publicitaires ont explosé pendant la même période. Le problème se situe au niveau de l’offre et de la demande. Il y a toujours quelqu’un qui est prêt à faire un contrat pour moins cher ou pour rien du tout. À l’AJIQ, notre but n’est pas de taper sur la tête de ceux qui acceptent des tarifs plus bas, mais plutôt de les informer que plus on fait du bénévolat pour des entreprises qui génèrent des profits, plus on dévalorise notre profession. »

Les contrats abusifs : la norme au Québec

[node:ad]

En plus d’offrir des tarifs dérisoires, certaines entreprises médiatiques font signer des contrats abusifs. « On nous demande souvent de céder les droits complets d’un article pour toutes les plateformes présentes et à inventer, dans le monde entier et dans toutes les langues. Le journaliste peut donc vendre son article une fois, pendant que l’entreprise fait des profits à répétition. On m’a même déjà demandé de renoncer à mes droits sur le travail qui a mené à mon article (entrevues et recherches). J’ai refusé. Les pigistes peuvent faire biffer certains éléments d’un contrat, mais plusieurs patrons sont impossibles à négocier. »

Mariève Paradis insiste également sur une question qui lui tient particulièrement à cœur : les droits moraux. « Si un journaliste cède ses droits moraux, une compagnie peut utiliser le texte, le modifier, enlever le nom de l’auteur et en faire ce qu’elle veut. Par exemple, dans un article sur la grippe H1N1, si j’écris que les solutions sans savon sont préférables, une compagnie comme Purell pourrait acheter mon texte sans que je le sache et s’en servir comme publireportage. C’est le genre de situation qui peut porter préjudice à notre réputation. »

Absence de protection judiciaire

Parmi les nombreux chevaux de bataille de l’AJIQ, notons la déresponsabilisation d’un média en cas de poursuite diffamatoire. « Dans plusieurs contrats, il existe une clause de non-accompagnement judiciaire en cas de poursuite. C’est inquiétant de penser que je pourrais perdre ma maison en écrivant un article. Surtout qu’on ne peut pas prendre d’assurance personnelle pour se protéger, étant donné que les journalistes n’ont pas d’ordre professionnel. Récemment, un membre de l’AJIQ a vu son procès pour diffamation se terminer après dix ans et 15 000 $ en frais d’avocat. Tous les journalistes qui étaient poursuivis en même temps sur le même sujet ont été appuyés par leur média parce qu’ils étaient des salariés. »

Convaincus que leur cause est juste, les 170 membres de l’AJIQ (un record depuis les débuts) espèrent que le gouvernement entendra leur cause. « En janvier 2011, le rapport Payette sur l’état de l’information recommandait de donner le pouvoir de négociation collective aux journalistes indépendants, un peu comme le font les membres de l’Union des artistes. Ça nous permettrait de négocier avec différents groupes de presse selon leur grosseur et leur tirage. Malheureusement, même si l’équipe libérale se disait sympathique à notre cause, nous n’avons pas eu d’écho pendant 18 mois. À l’époque, le PQ se disait aussi très solidaire, mais maintenant qu’il est au pouvoir, il ne semble pas prêt à prendre le flambeau. »

Toujours forte de son slogan « Indépendants, ensemble », l’AJIQ organisera au cours de la prochaine année les États généraux du journalisme indépendant afin de dresser le bilan du dernier quart de siècle.