Colette Brin, ProjetJ.ca |

Dans la foulée des audiences sur la diversité des voix à l’automne 2007, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) s’engage à imposer de nouvelles limites à la concentration de la propriété des médias. Parmi les mesures annoncées, un Code de l’indépendance journalistique pour surveiller les pratiques des médias en situation de propriété croisée, dont la mise en oeuvre sera confiée… au Conseil canadien des normes de radiotélévision, sous l’égide de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Le CRTC a demandé au CCNR de préciser comment seront sélectionnés les membres des comités qui évalueront les plaintes, et de déterminer un nombre minimum de journalistes qui siègeront à ces comités. Mais malgré ces balises, n’est-ce pas l’équivalent de demander au renard de veiller sur le poulailler?

Colette Brin, ProjetJ.ca |

Dans la foulée des audiences sur la diversité des voix à l’automne 2007, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) s’engage à imposer de nouvelles limites à la concentration de la propriété des médias. Parmi les mesures annoncées, un Code de l’indépendance journalistique pour surveiller les pratiques des médias en situation de propriété croisée, dont la mise en oeuvre sera confiée… au Conseil canadien des normes de radiotélévision, sous l’égide de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Le CRTC a demandé au CCNR de préciser comment seront sélectionnés les membres des comités qui évalueront les plaintes, et de déterminer un nombre minimum de journalistes qui siègeront à ces comités. Mais malgré ces balises, n’est-ce pas l’équivalent de demander au renard de veiller sur le poulailler?

[node:ad]