Patrick Bellerose fera son entrée à la tribune de la presse de Québec demain, sous les couleurs du Huffington Post. Il devient ainsi le premier journaliste représentant un média tout en ligne à couvrir ce qui se passe à l’Assemblée nationale.

 

Patrick Bellerose fera son entrée à la tribune de la presse de Québec demain, sous les couleurs du Huffington Post. Il devient ainsi le premier journaliste représentant un média tout en ligne à couvrir ce qui se passe à l’Assemblée nationale.

Par Hélène Roulot-Ganzmann

La preuve que l’industrie des médias est en train d’évoluer à la fois sur le terrain et dans les têtes de ceux qui la font vivre, Patrick White, éditeur et rédacteur en chef du Huffington Post Québec, affirme que la tribune de la presse, composée jusqu’à demain exclusivement de médias traditionnels, a accueilli avec enthousiasme la demande de ce nouveau joueur.

«Ça faisait même plus d’un an qu’on nous demandait quand est-ce qu’on allait venir, précise celui qui a lui-même passé treize ans à la tribune pour CTV News et l’agence Reuters. Nous sommes devenus un gros joueur au Québec avec nos 940 000 visiteurs uniques  par mois. Et nous avons une véritable pertinence en matière d’information politique puisque ce qui nous a fait naitre c’est notre couverture de la grève étudiante, quelques semaines seulement après notre lancement au printemps 2012. Patrick Bellerose a donc reçu son accréditation la semaine dernière et il sera officiellement en poste jeudi.»

Le Huffington Post continuera cependant de couvrir les débats à l’Assemblée nationale via ses partenaires que sont Radio-Canada.ca et la Presse canadienne. Patrick Bellerose étant plutôt mandaté pour écrire «des papiers qu’on ne retrouvera pas dans les autres médias», assure Patrick White. Demandes d’accès à l’information, entrevue avec des présidents des sociétés d’État, avec des députés, des ministres, commissions parlementaires, etc.

«On va donc avoir un journaliste à temps plein, permanent au parlement de Québec pour apporter de la valeur ajoutée au site, creuser des dossiers qui sont reliés à la politique et faire de l’enquête, explique le rédacteur en chef du HuffPost. Il va bien évidemment enquêter sur toutes les coupures qui vont se faire dans les prochains mois, les prochaines années, interviewer les gens des syndicats qui représentent les fonctionnaires, et aussi s’intéresser à la politique municipale de Québec, qui est quand même une ville de 800 000 habitants. C’était important pour nous, maintenant, d’être capable de sortir de Montréal et de mieux faire connaitre notre marque ailleurs.»

Capitaliser sur les acquis

Maintenant, parce qu’après avoir connu un essor fulgurant durant ses deux premières années, le Huffington Post veut aujourd’hui gérer la croissance et capitaliser sur les acquis, notamment sur le réseau que le média  en ligne a réussi à se constituer.

«On sait que la politique, c’est quelque chose que nos lecteurs apprécient, avance Patrick White. Nous avons notamment beaucoup de blogueurs politiques ayant des opinions très contrastées et c’est une des choses qui font notre force. J’aimerais élargir encore ce nombre en allant en chercher plus à Québec. J’ai aussi pour ma part beaucoup de respect pour ceux qui font de la politique. C’est une fonction noble. Ils travaillent beaucoup, donnent beaucoup d’eux-mêmes, c’est aussi pourquoi je souhaite qu’on rende mieux compte de ce qui se fait à l’Assemblée nationale.»

Patrick Bellerose est permanent au Huffington Post dans les bureaux de Montréal depuis près de deux ans. Avant cela, il a écrit pour l’Actualité, Les Affaires, le Voir ou encore le site internet Branchez-Vous. Il sera remplacé dès jeudi à Montréal par Catherine Lévesque, finissante de l’Uqàm.

À voir aussi:

Le Huffington Post Québec a un an: un modèle d’affaires qui bouscule la profession

Huffington Post Québec: à la rencontre d'une mini-rédaction tentaculaire

Huffington Post Québec: 5 questions à l'éditeur, Patrick White