Le Huffington Post est attendu en France le 23 janvier. Sous la direction d'Anne Sinclair, ancienne directrice de TF1 et épouse de l'ex-patron du FMI, Dominique Strauss Kahn, le site compte sur l'appui financier du Monde et Les Nouvelles Éditions Indépendantes, propriétaires des Inrockuptibles. Ce partenariat ne réjouit pas les journalistes du Monde.

Le Huffington Post est attendu en France le 23 janvier. Sous la direction d'Anne Sinclair, ancienne directrice de TF1 et épouse de l'ex-patron du FMI, Dominique Strauss Kahn, le site compte sur l'appui financier du Monde et Les Nouvelles Éditions Indépendantes, propriétaires des Inrockuptibles. Ce partenariat ne réjouit pas les journalistes du Monde.

Ils redoutent que la présence d'Anne Sinclair, qui sera partie prenante dans les choix éditoriaux, n'entache l’image éditoriale du Monde, détenteur de 34% du capital du HuffPost. À l'origine de leurs craintes, une série de petits gestes démontrant que le satellite français d'Arianna Huffington utilise l'image du Monde pour se faire valoir. Des photos d'Anne Sinclair ont été prises dans le hall du Monde, le recrutement des blogueurs s'est fait au nom du réputé quotidien et la conférence de presse de lancement du site est prévue devant le logo du journal, rapporte L'Express.

Le même logo apparaît également très clairement sur la page d'accueil du HuffPostdévoilée par erreur vendredi. Selon cette page, le logo vert «Le Huffington Post» apparaît en tête de page, suivi de la mention «avec LeMonde.fr». Pour les journalistes, cette association des deux marques risque d'induire en erreur les lecteurs. «J’attends de voir le côté éditorial. Il n’y a pas de procès d’intention. Mais Le Monde a une bonne image éditoriale et on a peur de l’abîmer», a expliqué le président de la Société desRédacteurs du journal (SRM), Adrien de Tricornot à 20 minutes.

Les services de communication liés au lancement du site à Paris ont par ailleurs été confiés à la firme Euro RSCG par l'intermédiaire d'Anne Hommel, d'après L'Express, ce qui n'a rien pour rassurer les journalistes du Monde. Spécialiste des médias américains, Anne Hommel est en effet très proche du couple Stauss-Kahn-Sinclair depuis plusieurs années. À ce titre, elle a été aux côtés des époux tout au long du scandale du Sofitel en mai dernier.

Cette affaire a profondément entaché l'image d'Anne Sinclair. Journaliste politique respectée notamment pour son animation de l'émission 7 sur 7 présentée à TF1 entre 1981 et 1997, elle n'est aujourd'hui plus reconnue comme telle. «Anne Sinclair n’est plus journaliste. Depuis qu’elle a publiquement comparé l’affaire DSK à l’affaire Dreyfus, elle est partie prenante», a ainsi déclaré un journaliste du Monde.

Dans ce contexte, la SRM a demandé à la direction du quotidien des garanties écrites que l'image du Monde sera protégée dans ce partenariat et «qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés pour le lecteur, au niveau éditorial». Adrien de Tricornot précise néanmoins à 20 minutes «on n’a rien contre le lancement d’un nouveau site, on leur souhaite bonne chance, on attend de voir, ça peut être bien». À ce chapitre le Journal du Dimanche s'interroge: «Le Huffington Post peut-il réussir là où les autres ont échoué: trouver la rentabilité économique.» La France, particulièrement, se présente comme un défi particulier pour le site américain, car sa marque y est peu connue du grand public et la toile française compte déjà plusieurs pure players.

Pour sa part, (date modifiée post-publication) le Huffington Post Québec sera lancé le 8 février, en présence d'Arianna Huffington. Installée au Canada depuis mai 2011, la marque est plus connue des Québécois que des Français. Le site canadien compte déjà 2,2 millions de visiteurs uniques, dont une part significative de Québécois. Ainsi, le rédacteur en chef, Patrick White, n'a pas eu de mal à recruter et envisage l'avenir avec optimisme. «Selon une étude de marché commandé à la fin de novembre, plus des deux tiers des Québécois seraient très intéressés à l'idée de consulter un nouveau site d'information en français au Québec», a-t-il déclaré à Infopresse.

 

Voir aussi:

Huffington Post Québec: 5 questions à l'éditeur, Patrick White

Huffington Post Québec recrute Tamy Emma Pepin et Jean-Philippe Cipriani

 

[node:ad]