Paul Cauchon, Le Devoir |

Avec lui prend fin l’âge d’or du chef d’antenne. Cette fois-ci est la vraie. Après un faux départ il y a cinq ans, suivi
d’un retour imprévu au Téléjournal, Bernard Derome tire sa révérence
pour vrai jeudi prochain. Et cette fois on peut véritablement parler de la fin d’une époque. L’époque des chefs d’antenne vedettes.

Bernard Derome est d’accord avec ce point de vue. «J’ai vécu l’âge d’or
de cette époque», dit-il. Pourquoi s’agit-il d’une époque terminée?
Parce que le grand téléjournal du soir n’est plus ce qu’il était, n’est
plus le même rendez-vous phare, ici comme aux États-Unis ou en France.

Paul Cauchon, Le Devoir |

Avec lui prend fin l’âge d’or du chef d’antenne. Cette fois-ci est la vraie. Après un faux départ il y a cinq ans, suivi
d’un retour imprévu au Téléjournal, Bernard Derome tire sa révérence
pour vrai jeudi prochain. Et cette fois on peut véritablement parler de la fin d’une époque. L’époque des chefs d’antenne vedettes.

Bernard Derome est d’accord avec ce point de vue. «J’ai vécu l’âge d’or
de cette époque», dit-il. Pourquoi s’agit-il d’une époque terminée?
Parce que le grand téléjournal du soir n’est plus ce qu’il était, n’est
plus le même rendez-vous phare, ici comme aux États-Unis ou en France.

[node:ad]