Robert Laplante, Trente |

Se disant victimes des préjugés alimentés par les médias au sujet de leur communauté, cinq résidants de Montréal-Nord, âgés de 19 à 35 ans, ont rencontré le Trente lors d’une table ronde organisée par Radio Centre-Ville.

Le 11 août dernier, l’arrondissement Montréal-Nord s’embrase. Une marche pacifique organisée pour dénoncer la mort de Fredy Villanueva, abattu par des policiers 24 heures auparavant, tourne en confrontation avec les forces policières sous l’œil des médias.

Dans les journées qui suivent, c’est la valse des experts, des professeurs, des criminologues, des travailleurs de rue et des intervenants communautaires. Tous se succèdent pour expliquer le ressentiment d’une population pauvre, immigrante, ghettoïsée et sous la coupe des groupes de jeunes criminels. Certains intervenants souvent étrangers à l’ancien fief d’Yves Ryan, prolifique maire d’avant les fusions municipales, apparaissent dans les médias.

Robert Laplante, Trente |

Se disant victimes des préjugés alimentés par les médias au sujet de leur communauté, cinq résidants de Montréal-Nord, âgés de 19 à 35 ans, ont rencontré le Trente lors d’une table ronde organisée par Radio Centre-Ville.

Le 11 août dernier, l’arrondissement Montréal-Nord s’embrase. Une marche pacifique organisée pour dénoncer la mort de Fredy Villanueva, abattu par des policiers 24 heures auparavant, tourne en confrontation avec les forces policières sous l’œil des médias.

Dans les journées qui suivent, c’est la valse des experts, des professeurs, des criminologues, des travailleurs de rue et des intervenants communautaires. Tous se succèdent pour expliquer le ressentiment d’une population pauvre, immigrante, ghettoïsée et sous la coupe des groupes de jeunes criminels. Certains intervenants souvent étrangers à l’ancien fief d’Yves Ryan, prolifique maire d’avant les fusions municipales, apparaissent dans les médias.

[node:ad]