Pierre Péladeau a commencé en affaires avec un prêt de 1 500 $octroyé par sa mère. Il a racheté le Journal de Rosemont en 1950, puis s’est emparé de quatre autres hebdos en moins de deux ans. Il a par la suite fondé le Journal de Montréal en deux jours et mis sur pied la plus grande imprimerie du monde en quatre décennies. Parti de rien, il a bâti un empire qui s’étend aujourd’hui sur trois continents et quelque 17 pays.

Première biographie véritablement non autorisée du personnage, Péladeau. Une histoire de vengeance, d’argent et de journaux
documente la fulgurante ascension de l’homme d’affaires le plus
controversé du Québec et l’édification de Quebecor, son entreprise.
Fruit du méticuleux travail journalistique de Julien Brault, cet
ouvrage captivant traite de sujets inédits tels que son rôle
d’imprésario auprès du compositeur André Mathieu, de même que de ses
quotidiens avortés en Abitibi, au Nouveau-Brunswick et aux États-Unis.

Pierre Péladeau a commencé en affaires avec un prêt de 1 500 $octroyé par sa mère. Il a racheté le Journal de Rosemont en 1950, puis s’est emparé de quatre autres hebdos en moins de deux ans. Il a par la suite fondé le Journal de Montréal en deux jours et mis sur pied la plus grande imprimerie du monde en quatre décennies. Parti de rien, il a bâti un empire qui s’étend aujourd’hui sur trois continents et quelque 17 pays.

Première biographie véritablement non autorisée du personnage, Péladeau. Une histoire de vengeance, d’argent et de journaux
documente la fulgurante ascension de l’homme d’affaires le plus
controversé du Québec et l’édification de Quebecor, son entreprise.
Fruit du méticuleux travail journalistique de Julien Brault, cet
ouvrage captivant traite de sujets inédits tels que son rôle
d’imprésario auprès du compositeur André Mathieu, de même que de ses
quotidiens avortés en Abitibi, au Nouveau-Brunswick et aux États-Unis.

[node:ad]