Colette Brin, ProjetJ |

La conception qu’ont les journalistes de la qualité de l’information tend à cautionner les pratiques actuelles, tout en déplorant certaines dérives : information-spectacle, approximations, cadence accélérée. C’est ce qui se dégage de la dernière publication du Centre d’études sur les médias (CEM), signée Philippe Marcotte : La qualité du journalisme vue par ceux qui le pratiquent.


Colette Brin, ProjetJ |

La conception qu’ont les journalistes de la qualité de l’information tend à cautionner les pratiques actuelles, tout en déplorant certaines dérives : information-spectacle, approximations, cadence accélérée. C’est ce qui se dégage de la dernière publication du Centre d’études sur les médias (CEM), signée Philippe Marcotte : La qualité du journalisme vue par ceux qui le pratiquent.

Les gardiens de l’idéal traditionnel, les « conservateurs », seraient minoritaires, d’après cette analyse d’une soixantaine d’entretiens de journalistes et cadres de la presse quotidienne et de la télévision à Montréal. Le groupe dominant, les « innovateurs », verrait plutôt d’un bon œil les transformations récentes du métier. À noter que les deux camps, dont l’auteur prend soin de ne pas exagérer l’opposition, ne se découpent pas, comme on pourrait le penser, entre vieux et jeunes, médias de prestige et médias populistes, presse écrite et télévision. Les différences sont donc toutes en nuances, mais significatives.

Les deux groupes se distinguent notamment par leur interprétation de l’intérêt public, critère fondamental de sélection et de traitement de l’information. Pour les conservateurs, l’intérêt public est lié au hard news, à l’information « lourde », aux affaires de la Cité; pour les innovateurs, il se mesure plutôt à l’impact, à la capacité d’un sujet à incarner une tendance sociale, à faire réfléchir. Bref, pas d’information de qualité qui ne saurait intéresser le public. Les innovateurs, plus nombreux encore parmi les cadres des médias, ne voient pas d’incompatibilité entre l’information de qualité et le succès commercial de l’entreprise de presse, contrairement aux conservateurs.

Selon le point de vue du lecteur, on y verra un élargissement salutaire ou un dévoiement relativiste de la mission canonique, idéalisée, du journalisme. L’auteur se garde bien de prendre position là-dessus, mais suggère néanmoins des pistes de réflexion utiles pour les étudiants, les journalistes et les citoyens préoccupés par la qualité de l’information.

Les journalistes reportent d’ailleurs une partie de la responsabilité quant à la qualité de l’information sur le public. Celui-ci doit désormais choisir parmi une diversité de sources, chacune ayant ses forces et ses faiblesses, en complétant le portrait par les encyclopédies en ligne, les commentaires sur les forums et les blogues, voire à devenir eux-mêmes des « journalistes citoyens ». Face à ce public surinformé et désireux d’analyses poussées, d’enquêtes exclusives et de récits enlevants, les journalistes seraient tentés de délaisser l’information brute pour la « valeur ajoutée » (terme à la mode dont la définition varie, encore une fois, selon les individus). Si les journalistes abandonnent cette pratique ingrate mais essentielle, on peut se demander, comme le fait l’auteur, qui prendra le relais…

[node:ad]