Après avoir perdu son courriériste
parlementaire à Québec, Alexis Deschênes, TVA perd quatre autres
journalistes. Maryse Gagnon et Yves Malo rejoignent les rangs de
Radio-Canada, tandis que François Pouliot et Mathieu Lavallée
déménagent leurs pénates au journal Les Affaires.

Affectés aux sujets économiques,
François Pouliot et Mathieu Lavallée demeurent dans leur champ
d’expertise en migrant vers une publication spécialisée. Cependant,
Maryse Gagnon et Yves Malo choisissent de quitter le terrain pour
devenir respectivement recherchiste pour Tout le monde en parle
et affectateur à la colline parlementaire à Ottawa.

Après avoir perdu son courriériste
parlementaire à Québec, Alexis Deschênes, TVA perd quatre autres
journalistes. Maryse Gagnon et Yves Malo rejoignent les rangs de
Radio-Canada, tandis que François Pouliot et Mathieu Lavallée
déménagent leurs pénates au journal Les Affaires.

Affectés aux sujets économiques,
François Pouliot et Mathieu Lavallée demeurent dans leur champ
d’expertise en migrant vers une publication spécialisée. Cependant,
Maryse Gagnon et Yves Malo choisissent de quitter le terrain pour
devenir respectivement recherchiste pour Tout le monde en parle
et affectateur à la colline parlementaire à Ottawa.

Combinés aux nombreux départs chez
Canoë, ces quatre défections au sein de la salle de nouvelles de TVA
ressemblent à un mouvement de masse au sein des troupes de Quebecor,
la maison mère des deux médias. Au cours des derniers mois, Canoë
a en effet perdu son directeur général aux contenus numériques,
Dominique-Sébastien Forest, son vice-président finances, Michel
Goyette, et son vice-président opérations, Marcel Sanscartier,
notamment.

Chez Canoë, ces nombreux départs ont
eu lieu dans la foulée de la création de l’agence QMI et du
démantèlement de la structure corporative de la société absorbée
par Sun Media. Du côté de TVA, l’Agence QMI fait aussi grincer des
dents. En effet, dans le cadre de ses négociations avec la direction
pour le renouvellement de la convention collective, le syndicat des employés de la chaîne a manifesté
son inquiétude quant à l’intrusion de l’agence dans les salles
de nouvelles.

De son côté, en annonçant qu’il
quittait la profession pour entreprendre des études de droit, Alexis
Deschênes avait expliqué au printemps que son départ n’était pas
étranger aux conditions de pratique du journalisme. «J’ai
l’impression que la profession est malade», avait-il confié au
Trente.

[node:ad]