Dans Le Journal de Québec aujourd’hui, la direction de Quebecor Media présente son analyse du contexte difficile des quotidiens payants, des défis du Web et des propositions faites à ses journalistes. On y souligne notamment qu’un chef de pupitre au Globe and Mail gagne moins cher et travaille davantage d’heures par semaine, que son homologue au Journal de Québec. Quebecor Media estime que le contexte actuel n’est plus favorable à la “culture de revendication” lors des négociations des conventions collectives, mais assure que ses employés “demeureront – et de loin – les mieux traités de toute l’industrie”.

Dans Le Journal de Québec aujourd’hui, la direction de Quebecor Media présente son analyse du contexte difficile des quotidiens payants, des défis du Web et des propositions faites à ses journalistes. On y souligne notamment qu’un chef de pupitre au Globe and Mail gagne moins cher et travaille davantage d’heures par semaine, que son homologue au Journal de Québec. Quebecor Media estime que le contexte actuel n’est plus favorable à la “culture de revendication” lors des négociations des conventions collectives, mais assure que ses employés “demeureront – et de loin – les mieux traités de toute l’industrie”.
[node:ad]