Manon Cornellier, Le Devoir |

La guerre qui sévit à nouveau au Moyen-Orient touche un nerf très
sensible, mais la majorité des journaux canadiens-anglais se sont
rangés derrière Israël. Le Kingston Whig-Standard refuse de prendre
parti. Il avoue sa frustration face «au carnage, aux insultes, aux
roquettes et une situation qui semble désespérée». «On peut bien
prendre parti, dit-il, mais un fait demeure. Tant et aussi longtemps
qu’un million et demi de gens, les Palestiniens, resteront confinés sur
une mince bande de terre et seront coupés du monde, la situation
perdurera.»


Manon Cornellier, Le Devoir |

La guerre qui sévit à nouveau au Moyen-Orient touche un nerf très
sensible, mais la majorité des journaux canadiens-anglais se sont
rangés derrière Israël. Le Kingston Whig-Standard refuse de prendre
parti. Il avoue sa frustration face «au carnage, aux insultes, aux
roquettes et une situation qui semble désespérée». «On peut bien
prendre parti, dit-il, mais un fait demeure. Tant et aussi longtemps
qu’un million et demi de gens, les Palestiniens, resteront confinés sur
une mince bande de terre et seront coupés du monde, la situation
perdurera.»

[node:ad]